Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Aide humanitaire : l’Allemagne soutient le Fonds central pour les interventions d’urgence de l’ONU (CERF)

15.12.2016 - Communiqué de presse

Une conférence des donateurs consacrée au CERF s’est tenue le 13 décembre à New York. Quatrième contributeur, l’Allemagne a encouragé d’autres donateurs à s’engager davantage.

Une conférence des donateurs consacrée au Fonds central pour les interventions d’urgence s’est tenue le 13 décembre à New York. Le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient le travail du CERF au plan politique et financier, l’Allemagne étant actuellement son quatrième plus important bailleur de fonds. Le CERF permet de réagir immédiatement aux graves crises humanitaires, en apportant une aide particulièrement rapide en cas d’urgence.

« Le CERF est rapide » © UN CERF
« Le CERF est rapide »© UN CERF

Régir immédiatement aux crises humanitaires et apporter les ressources nécessaires aux organisations de secours : telle est depuis 2005 la mission du Fonds central pour les interventions d’urgence de l’ONU, baptisé CERF. Il débloque des fonds aussi rapidement que possible, par exemple en cas de catastrophe naturelle, pour que des actions de secours vitales puissent être engagées sur le terrain. Le CERF est placé sous la responsabilité du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (BCAH).

Dans un premier temps, les États membres des Nations Unies versent une contribution dans un fonds afin que les organisations humanitaires puissent ensuite intervenir rapidement dans des situations de crise sans devoir d’abord rassembler les ressources financières nécessaires au prix de grands efforts. En 2016, le CERF a pour l’instant soutenu des mesures d’assistance humanitaire dans 40 pays à hauteur de 425 millions de dollars. Outre les cas d’urgence, le Fonds renforce les interventions humanitaires dans les situations de crise « oubliées » et sous-financées qui persistent depuis longtemps en Afrique, en Asie du Sud, au Proche-Orient ou dans les Caraïbes.

Une rapidité qui sauve des vies

« Nous sommes tous des survivants » Binta, jeune mère de six enfants © UN CERF
« Nous sommes tous des survivants » Binta, jeune mère de six enfants© UN CERF

En amont du premier sommet mondial sur l’action humanitaire qui a eu lieu en mai 2016 à Istanbul, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier s’était joint à l’appel du secrétaire général de l’ONU à doubler le budget annuel du CERF d’ici 2018, afin qu’il atteigne un milliard d’euros. Car le CERF démontre régulièrement toute la valeur de sa réactivité, comme récemment après les ravages provoqués par l’ouragan Matthew à Haïti : en 24 heures, il a pu mettre des fonds à disposition pour soutenir les interventions sur place. Le CERF a également été l’une des premières institutions à fournir des fonds pour faire face à la crise Ebola en 2014 et au séisme au Népal en 2015. Depuis sa création en 2005, le Fonds a pu venir en aide à des dizaines de millions de personnes grâce à cette capacité de réaction : tous les ans, environ 20 millions de personnes bénéficient de soins, 10 millions d’une aide alimentaire et 8 millions d’un approvisionnement en eau.

L’Allemagne, quatrième contributeur

« Le CERF est mondial » © UN CERF
« Le CERF est mondial »© UN CERF

À lui seul, le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient le CERF à hauteur de 50 millions d’euros par an. Si le CERF dispose d’une large base de 125 États membres et de donateurs privés, les dix principaux bailleurs de fonds fournissent aujourd’hui 87 % de ses ressources. C’est pourquoi M. Steinmeier a lancé un appel à la communauté internationale lors du sommet humanitaire mondial d’Istanbul : « Il faut de nouveaux contributeurs, de plus fortes contributions et de surcroît des solutions de financement innovantes si nous voulons voir le Fonds central pour les interventions d’urgence des Nations Unies conserver sa capacité d’action face aux besoins humanitaires de notre monde moderne. » Lors de la conférence de haut niveau organisée le 13 décembre à New York, l’Allemagne s’est engagée avec détermination en faveur d’un renforcement du CERF pour réellement parvenir à l’objectif budgétaire d’un milliard de dollars d’ici 2018.

À lire (en allemand)

Tribune de Frank-Walter Steinmeier au sujet du CERF (22 mai 2016)


Contenus associés

Retour en haut de page