Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

S’attaquer aux causes de départ en Afrique

01.12.2016 - Communiqué de presse

Conclus par l’Union européenne avec les principaux pays d’origine et de transit africains, les partenariats pour les migrations doivent contribuer à lutter contre les migrations illégales et faciliter également les conditions de reconduite et de retour.

Telles sont les grandes lignes du rapport présenté au conseil des ministres par MM. Steinmeier et Müller, respectivement ministre fédéral des Affaires étrangères et ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement.

Aux yeux du gouvernement fédéral, les pactes pour les migrations revêtent une importance essentielle dans le contexte des efforts déployés en faveur de la paix, de la stabilité et du développement économique en Afrique. Ces partenariats doivent permettre de lutter ensemble contre les flux de migration illégale, d’améliorer les conditions de reconduite et de s’attaquer aux causes de la migration illégale dans les pays d’origine et de transit.

Le Mali et le Niger, les priorités de l’Allemagne

À l’heure actuelle, ces partenariats pour les migrations s’adressent à cinq pays d’origine et de transit africains, à savoir le Niger, le Mali, l’Éthiopie, le Nigéria et le Sénégal. Quelques-uns sont déjà en voie de réalisation.

Les mesures de soutien accordées à ces pays seront mises en œuvre par le biais de nombreux instruments relevant notamment de la politique commerciale et du développement. Ces mécanismes doivent inciter les pays à prendre des mesures concrètes de coopération en matière de politique migratoire.

Le gouvernement fédéral participe activement à l’élaboration des partenariats pour les migrations créés par l’Union européenne. Aux côtés de la France et de l’Italie, il s’est déclaré prêt à apporter son soutien en priorité au Niger et au Mali, pays dans lesquels il est d’ores et déjà engagé au titre de sa politique étrangère, de développement et de sécurité afin de promouvoir la stabilité, la paix et le développement.

Un sujet central à l’ordre du jour du Conseil européen

Lors de sa réunion des 15 et 16 décembre, le Conseil européen fera le bilan des progrès réalisés en terme de partenariats pour les migrations. Il se penchera notamment sur la question d’un éventuel élargissement de ce dispositif à d’autres pays.

  • Le cadre de partenariat pour les migrations avait été mis en place par le Conseil européen le 28 juin dernier et devait s’appliquer en priorité à cinq pays africains d’origine et de transit. Dans la feuille de route qu’elle a adoptée à Bratislava au mois de septembre, l’Union européenne a réaffirmé sa volonté de contribuer grâce aux partenariats pour les migrations à réduire les migrations illégales et à accroître le taux de reconduite et de retour.


Contenus associés

Retour en haut de page