Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

La ministre adjointe Maria Böhmer rencontre les ambassadrices d’États africains

03.02.2016 - Communiqué de presse

Le 28 janvier à Berlin, la ministre adjointe Maria Böhmer a une nouvelle fois rencontré les ambassadrices africaines en Allemagne pour évoquer des questions actuelles de politique étrangère.

Les échanges ont porté en premier lieu sur la menace grandissante exercée par des organisations terroristes telles que l’État islamique, Boko Haram et Al-Shabaab, mais aussi sur la crise des réfugiés et des migrants ainsi que sur les femmes dans les relations extérieures et leur rôle croissant dans la prévention des conflits.

La question des réfugiés et des migrations constitue actuellement l’un des plus grands défis pour l’Allemagne, l’Europe et le monde, a déclaré Mme Böhmer. Saluant le plan d’action commun adopté lors du sommet Europe-Afrique à Malte en novembre dernier, elle a fait part de la volonté de l’Allemagne de combattre les causes de la fuite des populations et de fournir à cet effet davantage de moyens aux pays d’origine. Il est en effet nécessaire de mettre un frein aux flux migratoires illégaux vers l’Europe, a-t-elle poursuivi, ajoutant que cette tâche incombait aussi aux États africains.

L’Afrique est caractérisée par des mouvements migratoires à grande échelle qui font peser une lourde charge sur de nombreux pays du continent sur le plan démographique et économique. À cela s’ajoute la mutation croissante des sociétés africaines dont la moitié de la population a moins de 25 ans. « L’Afrique ne peut se priver de ces jeunes car ils représentent l’avenir du continent. C’est pourquoi il est si important de leur donner des opportunités et des perspectives afin qu’ils puissent rester dans leur propre pays ».

La ministre adjointe s’est également exprimée sur le renforcement des droits des femmes, soulignant l’importance d’avoir inscrit l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes comme un objectif en soi sur l’agenda 2030 pour le développement durable des Nations Unies. Mme Böhmer avait représenté l’Allemagne lors des négociations de cet agenda à New York en septembre 2015. « L’initiative pour l’autonomisation des femmes lancée par l’Union africaine en 2015 montre que les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine ont reconnu le rôle central des femmes dans le développement futur de l’Afrique », s’est réjouie la ministre adjointe avant d’annoncer que le gouvernement fédéral allait renforcer cette année son action en faveur de la condition féminine en augmentant sa contribution à ONU Femmes et en créant un poste de représentante spéciale chargée des questions de genre dans le cadre de la présidence allemande de l’OSCE.

Plus d'informations (en allemand) :

La politique africaine de l’Allemagne

L’engagement de l’Allemagne en faveur des droits des femmes

Contenus associés

Retour en haut de page