Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Renforcer la coopération : lignes directrices pour l’Afrique

Vue sur Freetown en Sierra Leone

Vue sur Freetown en Sierra Leone, © Xander Heinl/photothek.net

29.03.2019 - Article

La paix et la sécurité, le secteur privé et le commerce, la coopération entre les sociétés civiles : voici les objectifs que suit l’Allemagne en Afrique, un continent en rapide mutation.

Actualisation des lignes directrices de la politique africaine

L’Afrique et le monde ont changé : la communauté internationale s’est mise d’accord sur l’accord de Paris sur le climat et sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Afin de faire avancer le développement économique durable dans les pays africains, le gouvernement fédéral mise de plus en plus sur la promotion d’investissements privés et du commerce.

Les relations entre l’UE et l’Afrique connaissent elles aussi un nouvel élan. Mais n’oublions pas : jamais il n’y a eu autant de personnes en fuite. La migration est devenue un sujet international. Les crises en Afrique ont engendré un engagement accru du gouvernement fédéral dans les domaines de la résolution des conflits, de la stabilisation et de la consolidation de la paix.

Durant les dernières années, l’Allemagne a réagi à ces développements avec une série d’initiatives de politique africaine. Désormais, le gouvernement fédéral a, sous l’égide du ministère fédéral des Affaires étrangères, réuni ces approches sous un même toit : les lignes directrices de la politique africaine actualisées et développées ont été adoptées au conseil des ministres fédéral le 27 mars 2019. Elles viennent parfaire les lignes directrices de 2014 et définissent cinq priorités de la politique africaine de l’Allemagne.

Cinq priorités

Instaurer la paix, la sécurité et la stabilité

Pour qu’il y ait un développement, il faut de la stabilité : le gouvernement fédéral poursuivra son engagement en faveur de la paix, de la stabilité et de la sécurité sur le continent africain, y compris en tant que membre du Conseil de sécurité de l’ONU en 2019 et 2020. L’accent est particulièrement mis sur la participation politique et l’égalité des chances, en particulier pour les femmes et les jeunes.

Un élément important dans ce domaine est l’initiative allemande de promotion et de renforcement des capacités lancée en 2016 : l’Allemagne soutient la mise en place des forces de sécurité, par exemple au Mali et au Nigéria. Outre les équipements matériels fournis, il s’agit surtout d’organiser des formations qui tiennent compte des droits de l’homme et des règles du droit international humanitaire.

Développement économique durable

Le commerce et les investissements sont des conditions nécessaires au développement économique. À l’avenir, la coopération doit donc se concentrer davantage sur ce domaine.

Piloter et gérer les migrations

Pour offrir des perspectives d’avenir à toutes les personnes, il est nécessaire de lutter sur place contre les causes de la fuite migratoire et de la migration irrégulière.

À cet effet, la coopération en matière migratoire avec l’Union africaine doit être renforcée : l’objectif est de créer de meilleures perspectives sur place, d’améliorer l’accès aux possibilités de migration régulière et, parallèlement, de gérer la migration irrégulière.

Renforcer l’ordre international fondé sur des règles

Aucun État ne peut relever les défis internationaux que sont la pauvreté, la faim, le terrorisme, la criminalité organisée ou le changement climatique seul. Des règles internationales fiables doivent être renforcées en partenariat avec les pays africains.

Les Objectif de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030 forment un fil conducteur pour l’action mondiale : la politique africaine de l’Allemagne se concentre sur la réalisation de ces objectifs et s’emploie à ce que les dimensions économique, environnementale et sociale du développement durable soient prises en compte au même niveau.

Approfondir les partenariats entre les sociétés civiles

Par ailleurs, les sociétés doivent davantage être reliées les unes aux autres par le biais des villes et des communes, des écoles et des associations, mais aussi des centres culturels et des instituts de recherche. En effet, une meilleure compréhension mutuelle est la clé d’un partenariat plus solide.

Ainsi, les échanges éducatifs entre l’Allemagne et des pays africains doivent par exemple être renforcés, entre autres au moyen de coopérations universitaires et scientifiques et de l’apprentissage mutuel des langues respectives.

Plus d'informations :

Actualisation et développement des lignes directrices de la politique africaine du gouvernement fédéral

Retour en haut de page