Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Algérie : un avenir librement déterminé

Heiko Maas et son homologue algérien, M. Lamamra

Heiko Maas et son homologue algérien, M. Lamamra, © Thomas Imo/photothek.net

21.03.2019 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas rencontre à Berlin le nouveau vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères algérien. Dans ce pays voisin de l’Europe, la population manifeste pacifiquement pour le changement politique.

L’Algérie est un voisin et un partenaire important de l’Europe. Sa stabilité, sur le plan politique et économique, constitue un objectif majeur pour l’Union européenne et ses États membres. Pour cette raison, l’Allemagne suit de près l’évolution de la situation en Algérie. Une chose est claire pour le gouvernement fédéral : il est essentiel que les Algériens puissent déterminer librement leur avenir. Pour ce faire, le caractère pacifique des manifestations est et reste indispensable, ce que les manifestants ne sont pas seuls à avoir en main mais qui dépend aussi des forces de l’ordre.

Avant son entretien avec son nouvel homologue algérien, Ramtane Lamamra, M. Maas a salué le fait que le nouveau gouvernement algérien poursuive le dialogue avec l’Allemagne même en cette période mouvementée. Le chef de la diplomatie allemande a par ailleurs souligné qu’il appartenait maintenant à l’Algérie de forger son avenir politique.

Il est certain que des réponses ne peuvent être trouvées que dans le pays même et au sein de la société, par la voie d’un dialogue crédible et inclusif.

Manifestations pacifiques

Manifestations à Alger le 19 mars 2019
Manifestations à Alger le 19 mars 2019© abaca

Depuis le milieu du mois de février, la population algérienne manifeste dans toutes les parties du pays de manière pacifique en faveur d’un changement de gouvernement et de réformes politiques. Le déclencheur a été l’annonce par le président Abdelaziz Bouteflika de son intention de se présenter pour la cinquième fois à sa réélection lors du scrutin présidentiel fixé au départ pour le 18 avril. En réaction aux manifestations massives, le président avait retiré sa candidature et reporté l’élection. Il a désigné maintenant un nouveau gouvernement chargé d’engager une transition politique et en même temps un processus de révision de la Constitution.

Un acteur régional important

L’Algérie joue un rôle actif et constructif dans la région notamment en ce qui concerne la Libye, la région du Sahel et le Sahara occidental. Au cours de son séjour à Berlin, le ministre des Affaires étrangères algérien a donc également rencontré l’ancien président fédéral Horst Köhler en sa qualité de représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara occidental. L’Allemagne soutient les efforts de M. Köhler qui ont permis d’imprimer une nouvelle dynamique au processus politique sur le Sahara occidental. Une table ronde entre le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie s’était tenue en décembre 2018 à Genève et d’autres discussions sont prévues les 21 et 22 mars.

Retour en haut de page