Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Régler les conflits ensemble : le cas du Mali

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas visite le camp Castor de la mission des Nations Unies MINUSMA, camp dirigé par la Bundeswehr

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas visite le camp Castor de la mission des Nations Unies MINUSMA, camp dirigé par la Bundeswehr, © Xander Heinl/photothek.net

28.02.2019 - Article

Lors de sa visite au Mali, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas s'est montré impressionné par l’engagement des soldats et des policiers allemands dans le cadre des missions des Nations Unies et de l’UE. Ils apportent de la stabilité dans ce pays ébranlé par la crise.

Le Mali, pays qui continue à souffrir du terrorisme permanent et à endurer des tensions ethniques, est la dernière étape du déplacement en Afrique de l’Ouest du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas. L’Allemagne s’engage sur place en participant à la mission des Nations Unies MINUSMA, à la mission civile de l’UE EUCAP Sahel Mali et à la mission européenne de formation et de conseil de l’armée malienne EUTM Mali.

Une mission onusienne réussie avec la participation de la Bundeswehr

À Gao, le ministre s’est montré impressionné par l’engagement des soldates et des soldats allemands
À Gao, le ministre s’est montré impressionné par l’engagement des soldates et des soldats allemands© Xander Heinl/photothek.net

Forte de ses quelque 1100 soldates et soldats et 20 policières et policiers, la MINUSMA est, à l’heure actuelle, la principale opération extérieure allemande de la Bundeswehr dans le cadre d’une mission de l’ONU. Pour se faire une idée de l’engagement de la Bundeswehr, Heiko Maas a visité le camp Castor près de la ville de Gao, dans le nord du Mali. À Gao, il a également discuté de la future orientation et des tâches de la mission avec Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial des Nations Unies au Mali et chef de la MINUSMA.

Dans le cadre de la MINUSMA, la Bundeswehr contribue concrètement à rétablir d’ordre étatique dans le nord du Mali, et donc à la paix et à la stabilité du pays. Cela a des répercussions positives directes sur la stabilité de l’ensemble de la région du Sahel et de l’Afrique du Nord. La mission commence à porter ses fruits : les élections nationales de 2018 se sont déroulées dans un climat globalement pacifique.

Instaurer une paix durable ensemble

Échange avec la ministre des Affaires étrangères malienne
Échange avec la ministre des Affaires étrangères malienne© Xander Heinl/photothek.net

Pour le gouvernement fédéral il est clair que, pour réussir à stabiliser le pays avec succès – pays dont les conflits menacent de déborder sur la région – le gouvernement malien, les États voisins et la communauté internationale doivent unir leurs efforts. C’est pourquoi l’Allemagne salue et soutient la mise en place d’une force conjointe des États du G5 Sahel (le Mali, le Burkina Faso, le Tchad, la Mauritanie et le Niger). Heiko Maas discutera donc avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et la ministre des Affaires étrangères Kamissa Camara pour déterminer comment le processus de paix, qui est actuellement au point mort, pourra se poursuivre.

Une approche globale du soutien allemand

L’engagement de l’Allemagne au Mali poursuit une approche globale qui allie des missions militaires, des projets civils, la coopération au développement et l’aide humanitaire. C’est la raison pour laquelle Heiko Maas a également rencontré des policières et des policiers allemands ainsi que des experts civils dans le cadre de sa visite au Mali.

Sauvegarde de la culture durant la crise

Un sujet important qui a été traité durant le déplacement du ministre est l’engagement de l’Allemagne dans la sauvegarde des biens culturels dans les zones de conflit. Heiko Maas a pu admirer les manuscrits islamiques de Tombouctou vieux de plusieurs siècles. Durant la conquête de l’ancienne cité par des groupes terroristes islamistes en 2012-2013, le ministère fédéral des Affaires étrangères a apporté son soutien pour empêcher la destruction des manuscrits lors d’une action de sauvetage rocambolesque. Depuis, ils sont restaurés et numérisés à Bamako, la capitale.

Déplacement en Afrique de l’Ouest : différentes phases dans le cycle de la gestion internationale des crises

Le ministre s’est rendu en Sierra Leone, au Burkina Faso et au Mali dans le cadre de son déplacement en Afrique de l’Ouest. Ces pays ont en commun le fait qu’ils se trouvent tous dans différentes phases de la gestion internationale des crises, que ce soit dans le domaine de la prévention des conflits, de la sortie de crise ou du maintien durable de la paix après la crise. La prévention des conflits, le maintien durable de la paix et la consolidation d’une approche globale pour résoudre et empêcher les conflits sont des priorités de la politique étrangère allemande et du mandat allemand au Conseil de sécurité.

Parallèlement, le gouvernement fédéral a chargé le ministère fédéral des Affaires étrangères de revoir les lignes directrices de la politique africaine de l’Allemagne. Il s’agit là d’un processus qui est actuellement sur le point de s’achever. Sur cette toile de fond, le ministre estime également important d’être sur place et de comprendre comment et dans quel cadre la coopération avec les pays d’Afrique peut être approfondie, améliorée et adaptée, et comment l’Allemagne peut contribuer, tant à l’échelon bilatéral que dans le cadre de réseaux multilatéraux, à la prévention des conflits et à la gestion des crises en Afrique.

Retour en haut de page