Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Bärbel Kofler à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés

22.06.2018 - Article

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, la déléguée du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire au ministère fédéral des Affaires étrangères, Bärbel Kofler, a déclaré le 20 juin :

Les conflits violents, les persécutions et les violations massives des droits de l’homme contraignent de plus en plus souvent des personnes à quitter leur pays.À la fin de l’année dernière, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estimait à 68,5 millions le nombre de personnes en fuite, dont plus de 25 millions de réfugiés et 40 millions de déplacés internes. C’est un nouveau et triste record.Ceux qui sont forcés de quitter leur pays ont besoin d’une protection internationale fiable. Et ils ont aussi fréquemment besoin d’assistance humanitaire pour pouvoir vivre, leur famille et eux, dans la dignité et la sécurité. Les conditions de plus en plus difficiles que rencontrent les organisations humanitaires pour atteindre les habitants des régions en crise sont inquiétantes. Or permettre un accès humanitaire sans restriction demeure un défi crucial pour lequel nous devons constamment nous engager avec détermination.Nous devons soutenir ensemble les organisations qui s’occupent des réfugiés et aider les pays, les communes et les régions qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés. Je me félicite en ce sens que le ministère fédéral des Affaires étrangères ait à nouveau nettement augmenté ses contributions au HCR, les portant à quelque 405 millions d’euros.La semaine dernière encore, j’ai pu rencontrer à Athènes et sur l’île grecque de Samos des femmes, des hommes et des enfants en fuite pris en charge dans des centres d’accueil et des projets d’aide. Beaucoup ont été victimes de violences terribles, ont fui des souffrances intolérables en Syrie, pays en proie à la guerre civile, et ont été séparés de leur famille. Il est clair que la responsabilité de protéger les réfugiés et de leur offrir des perspectives d’avenir doit être répartie entre un plus grand nombre d’épaules à l’échelle mondiale. Je continue d’appeler cependant à la cohésion au sein de l’Union européenne et à une action fondée sur les principes de responsabilité et de solidarité.L’Allemagne a été élue au Conseil de sécurité des Nations Unies il y a quelques jours. De concert avec la communauté internationale, nous voulons également dans ce nouveau rôle intensifier nos efforts pour endiguer les crises et les conflits, voire les étouffer dans l’œuf. Ce sont indéniablement les contributions les plus efficaces pour réduire les causes de migration.

Contexte :

Elèves et un membre de Médecins sans frontières à l'occasion de l'exposition «Survivre en fuite - à la découverte d'un camp de réfugiés» à Francfort
Elèves et un membre de « Médecins sans frontières » à l'occasion de l'exposition «Survivre en fuite - à la découverte d'un camp de réfugiés» à Francfort© dpa

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a pour mandat de protéger et de soutenir, partout dans le monde, les réfugiés, les déplacés internes, les demandeurs d’asile, les apatrides et les rapatriés. Le HCR est le « gardien » de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, le document international le plus important pour leur protection.Ces cinq dernières années, le budget de l’aide humanitaire fournie par le gouvernement fédéral à l’étranger a été multiplié par dix. L’Allemagne est devenue ainsi l’un des premiers pourvoyeurs d’aide humanitaire. Elle a fourni pour environ 1,7 milliard d’euros d’aide humanitaire en 2017 à travers le ministère fédéral des Affaires étrangères. Dans le même temps, elle s’engage à l’échelle internationale en faveur des innovations et d’un renforcement du système humanitaire. Le ministère fédéral des Affaires étrangères a par ailleurs nettement développé le travail culturel dans les régions en crise, en association avec les organismes de relais et les partenaires de la politique culturelle et éducative à l’étranger.

Retour en haut de page