Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Gambie : Tire comme un pro, comme Monika !

800 filles venant de huit écoles primaires suivent maintenant un entraînement de football hebdomadaire dans le cadre d’un nouveau projet « Grassroot »

800 filles venant de huit écoles primaires suivent maintenant un entraînement de football hebdomadaire dans le cadre d’un nouveau projet «  Grassroot  », © Confédération olympique et sportive allemande (DOSB)

10.04.2019 - Article

Dans de nombreux pays du monde, les femmes et les filles n’ont pas accès au sport. En Gambie, 800 élèves filles apprennent une fois par semaine à jouer au football, avec l’appui du ministère fédéral des Affaires étrangères.

Dans le monde entier, le sport joue un rôle déterminant dans la vie quotidienne de millions de personnes. Et pourtant, dans de nombreux pays, une grande partie de la population n’a toujours pas accès au sport. C’est dans ce contexte que s’inscrit la promotion internationale du sport du ministère fédéral des Affaires étrangères. Son objectif : ouvrir la pratique du sport à de grands groupes de population, en priorité ceux qui sont défavorisés comme les personnes handicapées, les femmes et les enfants.

Inculquer fair-play et respect

Les filles n’ont rien à envier aux hommes, même sur les terrains de foot, y compris en ce qui concerne la confiance en soi et le plaisir de bouger
Les filles n’ont rien à envier aux hommes, même sur les terrains de foot, y compris en ce qui concerne la confiance en soi et le plaisir de bouger© Confédération olympique et sportive allemande (DOSB)

Depuis octobre dernier, Monika Staab, ancienne footballeuse professionnelle et entraîneuse réputée de diverses équipes de foot professionnel, se trouve en Gambie. Elle dirige ce projet de promotion internationale du sport et est la première femme à exercer cette fonction. Mme Staab est chargée de mettre en place un système de compétitions, de créer ou développer des structures associatives et de former des entraîneurs masculins et féminins pour qu’ils puissent ensuite transmettre ce qu’ils ont appris. Outre les contenus sportifs et l’idée d’égalité homme-femme, des valeurs précieuses comme le fair-play et le respect seront inculquées.

Le projet a commencé en octobre dernier par des premières mesures : après les entretiens avec d’importants interlocuteurs comme la ministre gambienne de l’Enseignement primaire et secondaire Claudiana Cole, des cours ont été organisés pour former des entraîneurs et professeurs de sport, hommes et femmes. Dans le cadre d’un nouveau projet «  Grassroot  », 800 filles de huit écoles primaires s’entraînent chaque semaine à jouer au football.

Michelle Müntefering, ministre adjointe chargée de la politique culturelle internationale, assure le patronage du projet de longue durée soutenu par le ministère fédéral des Affaires étrangères. Elle a déclaré :

En organisant ce projet de football féminin et grâce à l’appui de Monika Staab, nous montrons que les filles n’ont rien à envier aux hommes, même sur les terrains de foot, y compris en ce qui concerne la confiance en soi et le plaisir de bouger.

La promotion internationale du sport du ministère fédéral des Affaires étrangères

Monika Staab et des jeunes Gambiennes
Monika Staab et des jeunes Gambiennes© Ministère fédéral des Affaires étrangères / Ambassade à Dakar

Dans le monde entier, le sport joue un rôle déterminant dans la vie quotidienne de millions de personnes. Et pourtant, dans de nombreux pays, une grande partie de la population n’a toujours pas accès au sport. C’est dans ce contexte que s’inscrit la promotion internationale du sport du ministère fédéral des Affaires étrangères. Son objectif : ouvrir la pratique du sport à de grands groupes de population, en priorité ceux qui sont défavorisés comme les personnes handicapées, les femmes et les enfants.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient pour cette raison des projets de développement des structures sportives dans des pays comme la Gambie. Toutes les disciplines sportives bénéficient de ce soutien, de l’aviron au volleyball. Le football aussi bien sûr, étant l’un des sports les plus appréciés et les plus pratiqués au monde. Malgré la façon positive dont le sport est perçu en général, les structures sportives sont la plupart du temps insuffisantes dans de nombreux pays.

En Gambie, par exemple, il n’y a pas de recherche de talents systématique ou de soutien des jeunes, et les entraîneuses de foot qualifiées sont rares. En particulier les filles, qui sont le plus souvent impliquées ou associées très jeunes déjà aux tâches ménagères, sont trop peu encouragées dans ce pays.

Retour en haut de page