Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Un nouvel Agenda urbain pour le monde

27.10.2016 - Communiqué de presse

Au XXIe siècle, humain rime avec urbain. Plus d’un Terrien sur deux vit en ville. En 2050, ce seront les deux tiers. Comment éviter que cette expansion urbaine soit synonyme de pauvreté, de pollution accrue et d’émissions nocives pour le climat ?

Shenzhen, en Chine © picture alliance/dpa
Shenzhen, en Chine © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

Pour la première fois, les représentants de 193 pays du monde se sont accordés sur un agenda commun pour les 20 prochaines années.

« Habitat III »

Les discussions ont eu lieu à Quito, en Équateur, lors d’une conférence des Nations unies qui s’est achevée il y a quelques jours. Une conférence baptisée « Habitat » et qui ne se réunit que tous les vingt ans. Son objectif : anticiper les évolutions urbaines. Un sujet plus vital que jamais en 2016, explosion des mégapoles et réchauffement climatique obligent.

« C’est dans les villes que se jouera la réussite ou l’échec du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique », explique en effet Michael Müller, ministre allemand de la Coopération et du développement. « Nous voulons des villes où il fait bon vivre, partout dans le monde. C’est la seule manière d’empêcher une catastrophe climatique, la misère, la violence et l’exil ».

Des villes fortes, jouant un rôle central pour le climat et le développement

La conférence Habitat III à Quito (Équateur) © picture alliance/dpa
La conférence Habitat III à Quito (Équateur) © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

Lors des négociations de la conférence Habitat III, l’Allemagne a donc plaidé pour des villes fortes, capables de jouer un rôle central dans les efforts en faveur du climat et du développement.

Le Nouvel Agenda urbain (New Urban Agenda) adopté à Quito va dans cette direction. Il prévoit des efforts renforcés pour enrayer le développement des bidonvilles, améliorer l’accès à l’eau potable ou encore réduire les émissions de dioxyde de carbone. Néanmoins, s’il fixe des objectifs, il n’a pas de dimension contraignante.

L’Allemagne, pays de la qualité de vie en ville

L’Allemagne, pionnière de la qualité de vie en ville (ici : Hambourg) © picture alliance/dpa
L’Allemagne, pionnière de la qualité de vie en ville (ici : Hambourg) © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

Connue pour sa qualité de vie en ville, l’Allemagne a profité de la conférence pour parler du rôle de l’innovation. Günther Adler, secrétaire d’État à la Construction, a présenté des innovations liées au numérique et au concept de « ville intelligente ». Ces innovations doivent toutefois être mises en œuvre avec discernement afin de réduire les inégalités, et non de les accroître, a souligné Barbara Hendricks, la ministre allemande de l’Environnement.

Enfin, Berlin a annoncé le déblocage d’un milliard d’euros par la banque publique KfW en 2017 pour développer des modes de déplacement durables (bus, RER, bateaux, vélos, voies piétonnières) dans les pays en développement. Objectifs : permettre à près de 250 000 personnes de se déplacer de manière propre - et économiser ainsi 2,4 millions de tonnes équivalent CO2 et 80 millions d’euros de frais de santé par an.

A.L.


Contenus associés

Retour en haut de page