Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Angela Merkel appelle les pays africains à coopérer

12.10.2016 - Communiqué de presse

La chancelière Angela Merkel a inauguré mardi un centre de réunion de l’Union africaine (AU) financé paElle a confirmé son intention de faire de l’avenir de l’Afrique l’une des priorités de sa présidence du G20 en 2017.r l’Allemagne à Addis Abeba.

La capitale de l’Éthiopie était, après le Mali et le Niger, la dernière étape de son voyage de trois jours en Afrique. Dans son discours, elle a appelé les pays africains à coopérer davantage entre eux pour combattre l’exil, le terrorisme et les problèmes économiques. Elle a, d’autre part, confirmé son intention de faire de l’avenir de l’Afrique l’une des priorités de sa présidence du G20 en 2017.

Œuvrer pour la paix et la stabilité

Les défis globaux auxquels est exposée l’Afrique sont nombreux, a rappelé Angela Merkel. La crise économique et financière, les épidémies comme le virus Ebola, le terrorisme, ainsi que l’exil et les déplacements de population sont autant de problèmes qui éprouvent le continent. Pour y faire face, « les pays africains doivent être les plus unis possible dans la défense de leurs intérêts communs ». Et ils disposent pour cela d’un « interlocuteur reconnu » tel que l’Union africaine (UA).

La chancelière Angela Merkel a rencontré à Addis Abeba le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Dessalegn © picture alliance/dpa
La chancelière Angela Merkel a rencontré à Addis Abeba le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Dessalegn © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

À Addis Abeba, siège de cette institution qui regroupe une cinquantaine d’États africains, Angela Merkel a inauguré un bâtiment qui incarne l’engagement pour la paix. Financé par Berlin, l’édifice allie la technologie allemande et le savoir-faire éthiopien. Il doit servir d’espace de réunion au Conseil pour la paix et la sécurité, l’instance centrale de l’Union africaine.

La paix et la sécurité sont les « conditions essentielles d’une vie digne », a souligné la chancelière. L’UA et les alliances régionales doivent lutter contre les organisations terroristes qui agissent au mépris de l’être humain. Dans la région du Tchad, en particulier, les attaques sanglantes de Boko Haram viennent s’ajouter aux fléaux du changement climatique, des sécheresses et de la surexploitation des ressources. L’Union européenne (UE) va débloquer 50 millions d’euros pour soutenir une force d’intervention multilatérale contre l’organisation terroriste.

Le développement durable de l’Afrique, une priorité

Le bâtiment Julius Nyerere pour la paix et la sécurité, centre de conférence de l’Union africaine (UA) financé par l’Allemagne © picture alliance/dpa
Le bâtiment Julius Nyerere pour la paix et la sécurité, centre de conférence de l’Union africaine (UA) financé par l’Allemagne © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

À l’heure où les migrations s’intensifient en Afrique, y compris vers l’Europe, l’autre priorité de la chancelière est le développement du continent. Angela Merkel a évoqué le sujet avec les chefs d’État et de gouvernement rencontrés à chaque étape de son voyage – au Mali, au Niger, puis en Éthiopie. Elle a annoncé des projets d’aide humanitaire et d’aide au développement destinés au pays d’origine et aux pays de transit. Elle a également rendu hommage aux États africains qui, en dépit de leurs difficultés économiques, accueillent la plus grande part des réfugiés africains.

Avant de rentrer à Berlin, elle a, de plus, cité trois grands domaines dans lesquels l’Allemagne est prête à s’engager dans le cadre de partenariats pour la migration. Il s’agit du renforcement de l’investissement privé pour stimuler la croissance et l’emploi, du développement des infrastructures (transports, communications, énergie) et enfin de la formation professionnelle, qu’il faut mieux orienter en fonction des besoins du marché du travail.

L’Afrique est « un continent d’avenir », a résumé Angela Merkel. Il est dans l’intérêt de l’Allemagne et de l’Europe de favoriser son développement durable.

Le sujet devrait ainsi plus que jamais figurer au rang de ses priorités en 2017, année durant laquelle elle présidera le G20. « Nous allons inscrire les questions qui vous mobilisent en Afrique parmi les priorités de l’agenda du G20, et nous allons lancer une grande initiative en faveur de l’Afrique », a-t-elle annoncé à Addis Abeba.

A.L.


Plus d’informations :

Office de presse et d’information du gouvernement fédéral (en allemand)


Contenus associés

Retour en haut de page