Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Angela Merkel débute une tournée en Afrique

10.10.2016 - Communiqué de presse

Semaine « africaine » pour Angela Merkel. La chancelière allemande a entamé dimanche à Bamako (Mali) un voyage de trois jours sur le continent noir avec des étapes au Niger et en Éthiopie.

La chancelière Angela Merkel accueillie lundi à Niamey, au Niger © picture alliance/dpa
La chancelière Angela Merkel accueillie lundi à Niamey, au Niger © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

Le but de ces entretiens : discuter des moyens dont l’Europe dispose pour aider « le continent voisin » afin d’endiguer les migrations illégales et le terrorisme.
Semaine « africaine » pour Angela Merkel. La chancelière allemande a entamé dimanche à Bamako (Mali) un voyage de trois jours sur le continent noir avec des étapes au Niger et en Éthiopie. De retour à Berlin, elle recevra mercredi le président tchadien, Idriss Déby, puis le président nigérian, Muhammadu Buhari, vendredi. Le but de ces entretiens : discuter des moyens dont l’Europe dispose pour aider « le continent voisin » afin d’endiguer les migrations illégales et le terrorisme.

Avec ses interlocuteurs, Angela Merkel doit notamment aborder le « partenariat de migration » de l’Union européenne avec plusieurs pays d’Afrique. Le Mali, le Niger et l’Éthiopie figurent tous trois sur la liste des pays avec lesquels la Commission européenne entend négocier de tels accords, comme il en a été décidé lors du dernier sommet Union européenne-Afrique, en novembre 2015.

Renforcement de l’aide allemande au Mali

Angela Merkel accueillie dimanche à l’aéroport de Bamako par le président malien Ibrahim Boubacar Keita © picture alliance/dpa
Angela Merkel accueillie dimanche à l’aéroport de Bamako par le président malien Ibrahim Boubacar Keita © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

À Bamako, Angela Merkel a ainsi rencontré le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Elle a promis un renforcement de l’aide allemande à ce pays dont le nord reste en proie à une rébellion islamiste et qui est un pays d’origine et de transit pour les migrations vers la Libye, l’Algérie et l’Europe. « Nous voulons apporter notre contribution à la stabilisation et au développement du Mali », a-t-elle déclaré.

L’Allemagne participe d’ores et déjà avec 650 hommes à la mission de l’ONU MINUSMA, qui tente avec les troupes françaises de rétablir le contrôle de Bamako sur le nord du Mali, et à la mission européenne de formation de l’armée malienne EUTM Mali. Or, « il nous importe d’établir une cohérence » entre l’aide au développement et les efforts militaires réalisés, a dit Angela Merkel. Les populations doivent prendre conscience que « la paix ne signifie pas seulement l’absence de guerre mais aussi des meilleures chances de développement économique ».

Angela Merkel avec des femmes de la tribu Peul à Niamey (Niger) © picture alliance/dpa
Angela Merkel avec des femmes de la tribu Peul à Niamey (Niger) © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

La chancelière a annoncé que Berlin allait accroître ses efforts d’aide humanitaire dans le nord du pays, en particulier dans le domaine de l’approvisionnement en eau et de l’agriculture. L’Allemagne augmentera également son investissement dans l’éducation et la formation. « Je crois qu’il est très, très important que les pays d’Afrique ne perdent pas leurs meilleurs cerveaux, qui manqueraient pour le développement de leur propre pays », a-t-elle souligné.

Niger et Éthiopie

Après le Mali, Angela Merkel s’est rendue lundi à Niamey, au Niger. Elle est le premier chef de gouvernement allemand à se rendre dans ce pays, le plus pauvre du monde, qui est également un pays de transit pour les migrations. Comme au Mali, la chancelière devait rendre visite aux soldats allemands présents sur place - 40 hommes et deux avions Transall sur une base aérienne.

Son voyage la conduira mardi à Addis Abeba. Dans la capitale éthiopienne, elle rencontrera le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Dessalegn, et des représentants de l’Union africaine (UA). Elle inaugurera également un nouveau bâtiment de l’UA financé par le ministère allemand des Affaires étrangères.

L’avenir de l’Afrique, priorité stratégique

Aux yeux de la chancelière, l’avenir de l’Afrique apparaît de plus en plus comme une priorité stratégique, notamment pour l’Europe.

Accueil à Niamey (Niger) © picture alliance/dpa
Accueil à Niamey (Niger) © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

« L’Afrique en tant que continent voisin de l’Europe va gagner en importance », explique-t-elle dans une vidéo publiée samedi avant son départ. « C’est un continent jeune, et un continent à forte croissance démographique : sa population va doubler au cours des 35 prochaines années pour passer de 1,3 milliard à 2,6 milliards d’habitants. Il est dans notre intérêt bien compris de l’accompagner pour qu’elle se développe favorablement, même si les pays africains doivent naturellement apporter leur contribution en termes de bonne gouvernance. »

Angela Merkel souhaite faire de l’avenir de l’Afrique l’une des priorités de sa présidence du G20 en 2017.

A.L.



Contenus associés

Retour en haut de page