Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les ministres allemands des Affaires étrangères et de la Santé au sujet de la première mission du « Corps médical européen »

09.08.2016 - Communiqué de presse

À l’occasion de la première mission du « Corps médical européen » en République démocratique du Congo, le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank‑Walter Steinmeier et le ministre fédéral de la Santé Hermann Gröhe ont fait une déclaration le 20 juillet 2016.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier (dr.) et le ministre pour la Santé Hermann Groehe visitent l’avion d’évacuation Robert Koch pour des patients très contagieux à l’aéroport Tegel à Berlin, en novembre 2014 © dpa/pa
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier (dr.) et le ministre pour la Santé Hermann Groehe visitent l’avion d’évacuation "Robert Koch" pour des patients très contagieux à l’aéroport Tegel à Berlin, en novembre 2014 © dpa/pa© dpa-pa

À l’occasion de la première mission du « Corps médical européen » (CME, en anglais « European Medical Corps ») en République démocratique du Congo, le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank‑Walter Steinmeier a déclaré le 20 juillet 2016 :

« Le Corps médical européen s’apprête à accomplir sa première mission. L’Allemagne y apporte une importante contribution en envoyant des experts de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale et de l’Institut Robert Koch. Il est bon que cette idée dont nous avons participé au développement dans le contexte de la crise de l’Ebola soit devenue réalité. Nous disposons avec le Corps médical européen d’un instrument qui fédère nos capacités opérationnelles à l’échelon européen, ce qui nous permettra à l’avenir de réagir ensemble, rapidement et de façon coordonnée et efficace aux épidémies où qu’elles se trouvent dans le monde. »


Le ministre fédéral de la Santé Hermann Gröhe a déclaré pour sa part :

« La crise de l’Ebola nous a montré une fois de plus qu’il faut considérer la santé mondialement. Car les maladies ne s’arrêtent pas aux frontières. Pour cette raison, nous avons veillé à ce que des équipes d’épidémiologistes et d’experts de laboratoire puissent se constituer rapidement afin de pouvoir désormais apporter une aide de terrain rapide dès l’apparition de maladies dangereuses. C’est ainsi que nous avons mis en place les conditions nécessaires à cette première intervention d’une équipe de laboratoire mobile dans le cadre du « Corps médical européen ». En envoyant des experts de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale et de l’Institut Robert Koch, nous fournissons un soutien important dans la lutte contre la fièvre jaune en République démocratique du Congo. »

  • Contexte : L’initiative des « Casques blancs » de l’Union européenne lancée par le chef de la diplomatie allemande à la suite de la crise de l’Ebola a été mise en œuvre sous le nom de « Corps médical européen » dans le cadre de l’actuel mécanisme européen de protection civile. En tant que l’un des premiers États membres de l’initiative UE, l’Allemagne participe au financement du CME par l’intermédiaire du ministère fédéral des Affaires étrangères en fournissant un hôpital d’isolement destiné au traitement des malades hautement contagieux (Croix‑Rouge allemande), un soutien logistique et technique aux équipes médicales (THW‑Agence fédérale de secours technique) et des capacités de laboratoire (Institut Bernhard Nocht).

    Le « EMLab » de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale © dpa/pa
    Le « EMLab » de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale © dpa/pa© dpa/pa
    Le « EMLab » de l’Institut Bernhard Nocht de médecine tropicale participe actuellement en République démocratique du Congo, aux côtés des experts de l’Institut Robert Koch, à la première mission du Corps médical européen. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait demandé ce soutien technique à la suite d’une épidémie aiguë de fièvre jaune qui s’est propagée depuis l’Angola en direction du bassin du Congo. Les ressources en République démocratique du Congo ne suffisent pas à assurer le diagnostic et la vaccination des personnes concernées. Or ceci est indispensable pour identifier les personnes infectées, évaluer l’ampleur de l’épidémie et mener des campagnes de vaccination dans les zones touchées par la maladie.

    Le ministère fédéral des Affaires étrangères apporte son soutien au déploiement du laboratoire pendant trois mois dans la province du Kwango dans le cadre de l’accord avec l’UE relatif au Corps médical européen.

    Quant au ministère fédéral de la Santé, il finance dans le cadre de son programme de santé global notamment des projets de laboratoire à l’Institut Bernhard Nocht et à l’Institut Robert Koch. Cela permet de disposer dans les cas d’épidémie, comme celle de fièvre jaune qui sévit actuellement en République démocratique du Congo, du personnel qualifié et des capacités de laboratoire mobile pour des mesures d’aide rapides. Les experts de l’Institut Bernhard Nocht et de l’Institut Robert Koch sont envoyés sur place en République démocratique du Congo dans le cadre du Corps médical européen.

Contenus associés

Retour en haut de page