Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

PeaceLab 2016 - Un regard neuf sur la prévention des crises

06.07.2016 - Communiqué de presse

Avec la participation du public intéressé, des représentants gouvernementaux et de la société civile élaborent depuis le 5 juillet de nouvelles lignes directrices en matière de prévention des crises sous le titre de « PeaceLab2016 ».

Prévenir les crises, gérer les conflits et stabiliser les régions en crise, telle est la mission centrale de la diplomatie au moment précisément où le monde semble avoir perdu ses repères. Pour s’assurer que le ministère fédéral des Affaires étrangères fait ce qu’il faut, des diplomates ont entrepris, aux côtés de la société civile et du public intéressé, d’élaborer de nouvelles lignes directrices en matière de prévention des crises sous le titre de « PeaceLab2016 ». Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a lancé cette réflexion ce mardi (5 juillet) au ministère fédéral des Affaires étrangères.

Que faire face aux crises ?

Il y avait beaucoup de monde lors du lancement du PeaceLab2016 © Photothek / Gaertner
Il y avait beaucoup de monde lors du lancement du PeaceLab2016 © Photothek / Gaertner© Photothek / Gaertner

Que faire pour lutter contre les nombreuses crises de par le monde ? L’engagement du gouvernement fédéral est multiple : à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, le tracé de la frontière litigieuse a été effectué et un centre de santé commun a été mis en place pour les deux parties. Dans l’est de l’Ukraine, une mission d’observation de l’OSCE contribue à éviter toute nouvelle escalade du conflit. Et à Tikrit, en Iraq, ville reprise au groupe terroriste EI, l’Allemagne aide à la stabilisation et à la reconstruction afin de rétablir rapidement l’accès des habitants à l’électricité, l’eau, le travail et l’éducation.

Agir pour éviter les conflits et parvenir à leur règlement pacifique partout dans le monde est au cœur de l’action extérieure du gouvernement fédéral. « C’est une responsabilité qui nous incombe en matière de politique étrangère et sur le plan humain. Mais ce n’est pas tout. Agir ainsi est aussi dans l’intérêt de notre propre pays », insiste M. Steinmeier. Car au plus tard depuis la crise des réfugiés, il est clair pour tout le monde à quelle vitesse les crises dans le monde peuvent nous atteindre. Afin de tirer les enseignements des expériences passées dans le domaine de la gestion des crises et pour permettre à l’avenir une action encore plus efficace et plus ciblée, de nouvelles lignes directrices seront élaborées d’ici au printemps 2017 concernant notre engagement dans les crises et les conflits.

Coup d’envoi du processus des lignes directrices

Il y avait beaucoup de monde lors du lancement du PeaceLab2016 © Photothek / Gaertner
Il y avait beaucoup de monde lors du lancement du PeaceLab2016 © Photothek / Gaertner© Photothek / Gaertner

M. Steinmeier a lancé le travail sur ces lignes directrices lors de la conférence intitulée « PeaceLab2016 – Un regard neuf sur la prévention des crises ». Des experts de l’Union européenne et des Nations Unies, des représentants du Bundestag et des sociétés civiles allemande et étrangères sont intervenus. Ils ont analysé l’engagement passé et exprimé ce qu’ils attendaient des actions futures en faveur de la prévention des crises, de la stabilisation et de la consolidation de la paix. Le forum était par ailleurs l’occasion pour quantité d’acteurs – aussi bien l’Agence fédérale de secours technique (THW) et le Groupe de travail Développement et Paix (FriEnt) que la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH et la KfW (Institut de crédit pour la reconstruction) ou encore le Centre pour les missions internationales de paix (ZIF) et le Service Civil pour la Paix (ZFD) – de présenter leur travail et d’établir des réseaux.

Frank-Walter Steinmeier prononce son discours d’ouverture © Photothek / Gaertner
Frank-Walter Steinmeier prononce son discours d’ouverture © Photothek / Gaertner© Photothek / Gaertner

Dans son discours d’ouverture, M. Steinmeier a insisté sur la nécessité, dans le cadre d’une politique étrangère prospective, de s’atteler à tout le cycle des conflits « de la prévention au relèvement post-conflit et la consolidation de la paix en passant par la gestion des conflits et la stabilisation ». L’Allemagne souhaitant porter plus de responsabilités, elle investit non seulement de façon accrue dans la prévention des conflits et la stabilisation, mais elle s’engage par ailleurs en faveur du dialogue politique pour régler des conflits aigus. C’est la raison pour laquelle l’Allemagne a pris la présidence de l’OSCE en 2016 et se porte candidate à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2019-2020.

Participation souhaitée

Pour élaborer les lignes directrices, le gouvernement fédéral table sur des échanges à la fois larges et inclusifs avec la société civile et le public intéressé. La conférence de lancement sera suivie de toute une série d’autres manifestations sous le titre de « PeaceLab2016 ». M. Steinmeier a appelé à participer nombreux à ce processus. « Nous avons besoin de vos interrogations critiques, de vos expériences, de vos remarques, de vos suggestions. Nous voulons discuter ouvertement de ce qui fonctionne déjà bien et voir dans quels domaines et comment améliorer et accroître l’efficacité de notre travail. »

Lire aussi (en allemand) :

Discours d’ouverture de M. Steinmeier

Tribune sur le PeaceLab2016 dans le « Frankfurter Rundschau »

La prévention des crises au ministère fédéral des Affaires étrangères


Contenus associés

Retour en haut de page