Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Le premier Sommet mondial de l’humanitaire à Istanbul

23.05.2016 - Communiqué de presse

Ce lundi 23 mai, la chancelière fédérale Angela Merkel participe au 1er Sommet mondial sur l’action humanitaire, une initiative du secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, qui se tiendra jusqu’à demain à Istanbul.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan en conversation avec le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, la chancelière Angela Merkel et le Premier Ministre grec Alexis Tsipras © picture alliance / abaca
Le président turc Recep Tayyip Erdogan en conversation avec le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, la chancelière Angela Merkel et le Premier Ministre grec Alexis Tsipras © picture alliance / abaca© picture alliance / abaca

À son arrivée en Turquie dimanche soir, elle a rencontré des représentants de la société civile turque. Il est également prévu qu’elle s’entretienne avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan. Le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier ainsi que le ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement Gerd Müller assisteront eux aussi à cet événement qui réunira à la fois des responsables politiques, des dirigeants d’entreprises et des représentants d’organisations internationales, régionales et humanitaires, de services d’intervention d’urgence, de réseaux communautaires, du monde de l’enseignement et de la société civile.


Le premier Sommet mondial de l’humanitaire à Istanbul s’accompagne d’un changement de paradigme

Le premier Sommet mondial de l’humanitaire à Istanbul © dpa/Rolf Haid
Le premier Sommet mondial de l’humanitaire à Istanbul © dpa/Rolf Haid© dpa/Rolf Haid

Le système humanitaire est confronté à d’énormes défis. La tâche de l’aide humanitaire est de plus en plus marquée par des crises complexes de longue durée. De plus en plus de personnes sont dépendantes de l’aide humanitaire alors que, l’année dernière, pour la première fois, plus de 60 millions de personnes étaient en fuite. Cela a augmenté les besoins humanitaires. Le thème du Sommet mondial de l’humanitaire du 23 au 24 mai 2016 à Istanbul est d’analyser comment ces besoins peuvent être couverts et comment il est possible d’apporter une aide humanitaire efficace et de l’anticiper.

Des organisations non gouvernementales et des représentants de gouvernement sur un pied d’égalité

Le premier Sommet mondial de l’humanitaire (SME) a lieu sur invitation du secrétaire général des Nations unies (NU) Ban Ki-moon. Parmi les nombreux sommets, essentiellement internationaux, le SME se distingue en permettant une large participation de la société civile : des acteurs non étatiques de l’aide humanitaire tout comme des organisations humanitaires rencontrent à Istanbul des représentants de gouvernement sur un pied d’égalité. Les défis en question ne peuvent être maîtrisés que par un effort conjoint de tous les acteurs concernés.

La chancelière fédérale Angela Merkel participe au 1er Sommet mondial sur l’action humanitaire © Bundesregierung/Güngör
La chancelière fédérale Angela Merkel participe au 1er Sommet mondial sur l’action humanitaire © Bundesregierung/Güngör© Bundesregierung/Güngör

Cela demande de nouvelles approches en matière d’aide humanitaire, par exemple en ce qui concerne le financement. L’Allemagne est particulièrement engagée dans ce domaine. Il faut trouver de nouveaux donateurs non traditionnels alors qu’un accord global doit permettre de combler le fossé entre les besoins et les engagements existants. Cela va de pair avec un changement fondamental de paradigme dans l’aide humanitaire : il faut abandonner la simple réaction aux scénarios de crise soudaine au profit d’une action d’anticipation et de planification à long terme en observant les principes humanitaires. L’Allemagne soutient dès le départ le SME et les innovations pour l’aide humanitaire qui vont de pair avec le sommet.

Les débats dans le cadre du SME doivent aboutir à une déclaration du secrétaire général des NU à laquelle tous les participants souscrivent et contenant des engagements concrets de leur part. Le SME peut donc émettre un signal important pour renforcer le système humanitaire et, ainsi, contribuer à combattre encore mieux la souffrance humaine lors de crises humanitaires.


Contenus associés

Retour en haut de page