Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Protéger le personnel humanitaire : l’Allemagne et la France au Conseil de sécurité des Nations Unies

Heiko Maas et son homologue français Jean-Yves Le Drian aux Nations Unies

Heiko Maas et son homologue français Jean-Yves Le Drian aux Nations Unies, © Thomas Imo/photothek.net

02.04.2019 - Article

Dans les mois à venir, l’Allemagne et la France élaboreront, avec d’autres pays, des mesures et des recommandations concrètes afin d’améliorer la marge de manœuvre du personnel humanitaire en renforçant le droit.

Protection et cadre d’action du personnel humanitaire

Pour fournir une assistance humanitaire, il est indispensable de garantir l’accès rapide et libre des organisations humanitaires. Or, en particulier dans les conflits armés, les travailleurs humanitaires ont souvent bien du mal à atteindre ceux qui ont le plus cruellement besoin de leur soutien essentiel. En effet, en raison des hostilités, les populations concernées sont souvent coupées de l’aide humanitaire : les belligérants empêchent souvent arbitrairement le personnel humanitaire d’accéder à ces personnes ou bien ils compliquent cet accès, prétextant d’autres priorités.

Le personnel humanitaire est menacé dans de nombreux conflits ©
Le personnel humanitaire est menacé dans de nombreux conflits ©© dpa

Non seulement les civils mais aussi les travailleurs humanitaires eux-mêmes sont de plus en plus fréquemment la cible des attaques des parties au conflit. L’année dernière en Syrie, 139 attaques dirigées contre des établissements médicaux ont fait plus de 300 morts et blessés. Environ la moitié de toutes les infrastructures sanitaires syriennes ont été endommagées ou détruites pendant les huit ans du conflit. Au Yémen, quatre personnes sur cinq sont aujourd’hui tributaires de l’aide humanitaire, et pourtant les secours se voient régulièrement refuser l’accès aux habitants. En République démocratique du Congo, la lutte contre la maladie à virus Ebola doit sans cesse être interrompue parce que des groupes armés s’attaquent au personnel humanitaire.

Diffuser les règles existantes et renforcer leur application

Le droit humanitaire international et les principes humanitaires créent une base solide pour l’assistance humanitaire et la protection de la population civile. Les lois ou résolutions pertinentes ne manquent pas. Il est cependant urgent de faire connaître les règles existantes, de renforcer leur application et de sanctionner les manquements.

Le chef de la diplomatie allemande et son homologue français lancent donc aujourd’hui un appel à l’action. Dans les mois à venir, l’Allemagne et la France élaboreront, avec d’autres pays, des mesures et des recommandations concrètes afin d’améliorer la marge de manœuvre du personnel humanitaire en renforçant le droit. Les mesures pourraient consister, par exemple, à mieux faire connaître encore les règles du droit international humanitaire et les principes humanitaires, à cibler davantage la formation des travailleurs humanitaires pour qu’ils puissent expliquer dans des situations de conflit leur mission humanitaire et impartiale ou à développer le dialogue entre experts sur l’assistance humanitaire et les régimes de sanctions, afin d’éliminer les imprécisions et les contradictions juridiques.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU et de nombreux États membres des Nations Unies soutiennent l’Allemagne et la France dans la mise en œuvre de cette initiative.

Jumelage : des présidences allemande et française étroitement coordonnées

Au mois d’avril, l’Allemagne assure la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies, prenant ainsi directement la relève de la France qui a assuré la présidence au mois de mars. Les deux pays en ont profité pour organiser ensemble ces deux mois sous forme de « jumelage ». Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas est actuellement à New York à cette occasion.

La protection du personnel humanitaire constitue une autre priorité de ces présidences jumelées. Comment protéger ceux qui viennent au secours des populations en détresse ? Comment renforcer le droit international humanitaire et les principes humanitaires, à savoir le sentiment d’humanité, l’impartialité, la neutralité et l’indépendance ?

Retour en haut de page