Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« Incomparables » ? Quand l’art africain dialogue avec l’art européen

16.11.2017 - Communiqué de presse

Y a-t-il un art européen producteur de chefs-d’œuvre et un art africain primitif et exotique dont la seule valeur serait le témoignage ? Telles sont les questions dérangeantes que posent la nouvelle exposition du musée Bode, intitulée « Unvergleichlich ».

Afrique-Europe : des formes d’art sans comparaison possible ? Un lion en bronze fabriqué dans le nord de l’Allemagne au 16e siècle. Et en face de lui... © Musées nationaux de Berlin, Collection de sculptures et musée d’art byzantin, Antje Voigt
Afrique-Europe : des formes d’art "sans comparaison possible" ? Un lion en bronze fabriqué dans le nord de l’Allemagne au 16e siècle. Et en face de lui... © Musées nationaux de Berlin, Collection de sculptures et musée d’art byzantin, Antje Voigt© Musées nationaux de Berlin, Collection de sculptures et musée d’art byzantin, Antje Voigt

Un lion et un léopard, face à face. Le premier est un bronze d’Allemagne du nord datant du 16e siècle. Le second est une sculpture en laiton fabriquée dans l’ancien Royaume du Bénin au 17e siècle. L’un appartient aux prestigieuses collections d’art du musée Bode de Berlin. L’autre a rejoint les collections ethnologiques des musées nationaux de la ville. Pourquoi ? Y a-t-il un art européen producteur de chefs-d’œuvre et un art africain primitif et exotique dont la seule valeur serait le témoignage ? Telles sont les questions dérangeantes que posent la nouvelle exposition du musée Bode, intitulée « Unvergleichlich ».

En face du lion de bronze fabriqué en Allemagne, un léopard en laiton fabriqué dans l’ancien Royaume du Bénin au 17e siècle © Musées nationaux de Berlin, Musée d’ethnologie, Martin Franken
En face du lion de bronze fabriqué en Allemagne, un léopard en laiton fabriqué dans l’ancien Royaume du Bénin au 17e siècle © Musées nationaux de Berlin, Musée d’ethnologie, Martin Franken© Musées nationaux de Berlin, Musée d’ethnologie, Martin Franken

« Unvergleichlich » veut dire « incomparable ». Ou plus exactement « sans comparaison possible », « tellement unique que rien de semblable ne s’en approche ». L’exposition du musée Bode présente face à face 22 œuvres d’art africain et 22 œuvres de l’art européen du Moyen-Âge. Des sculptures qui parlent des grands thèmes de l’existence : la naissance, la mort, le pouvoir, la foi, l’esthétique, la place de l’art dans la vie quotidienne.

Deux poids, deux mesures ?

Le musée Bode de Berlin propose une rencontre sur un pied d’égalité entre l’art africain et l’art européen © Musées nationaux de Berlin / David von Becker
Le musée Bode de Berlin propose une rencontre sur un pied d’égalité entre l’art africain et l’art européen © Musées nationaux de Berlin / David von Becker© Musées nationaux de Berlin / David von Becker

Sont-ils si inégaux qu’on ne puisse les comparer ? Ou bien est-ce notre perception qui trahit en réalité nos valeurs, nos conventions et notre façon de construire l’histoire ? Le titre de l’exposition est volontairement provocateur : c’est en sous-entendant que les œuvres des deux continents sont « incomparables » qu’il nous invite justement … à les comparer.

Et l’expérience est instructive. Prenons cette Vierge à l’Enfant qui fait face à une statue de femme africaine portant son bébé : ne lit-on pas la même affection et la même grâce dans leurs gestes ? Ou bien ce Saint-Christophe italien richement décoré qui trouve sur son chemin un Saint-Antoine congolais tout simple en bois brut. De quelle inspiration sont-ils le fruit sinon d’un même christianisme ? Et cette relique contenant un fragment de la côte d’un évêque du 16e siècle : pourquoi s’incline-t-on devant elle alors que l’on se moque de la superstition qui aurait inspiré les statues en bois chargées d’objets rituels fabriquées par les Fangs d’Afrique centrale ?

L’exposition dévoile le prisme culturel qui guide nos perceptions. Elle nous invite à décentrer notre regard, à sortir de nos conditionnements européens pour regarder autrement l’art africain.

Car, comme elle nous le rappelle utilement, la dévalorisation des coutumes et des arts africains comme produits d’un stade antérieur à la civilisation a contribué, par le passé, à légitimer des pratiques comme le colonialisme et l’esclavage…

A.L.


  • Un avant-goût du Forum Humboldt

    Nourrie par les collections du Musée ethnographique de Berlin, l’exposition « Unvergleichlich » offre un avant-goût du dialogue entre les cultures que doit incarner le Forum Humboldt (château de Berlin), actuellement en construction au cœur de Berlin. Ce nouveau carrefour culturel de la capitale accueillera notamment des collections de musées qui étaient jusqu’à présent éparpillées dans la ville, notamment celles du Musée ethnographique et celle du Musée d’art asiatique. Si tout se passe comme prévu, le Forum Humboldt sera inauguré au printemps 2019.

    A.L.

Plus d’informations :

Musées nationaux de Berlin - Musée Bode (en allemand, anglais français)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Contenus associés

Retour en haut de page