Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les brèves de la semaine (30 septembre-4 octobre 2019)

Le „made in Germany“ a la cote à travers le monde, selon un sondage britannique.

Le « made in Germany » a la cote à travers le monde, selon un sondage britannique., © dpa/pa

04.10.2019 - Article

Brèves de la semaine du 16 au 20 septembre 2019

Le « Made in Germany », meilleur argument de vente

Les produits allemands seraient de loin ceux qui jouissent de la meilleure réputation à travers le monde, selon un vaste sondage mené par YouGov et l‘Universite de Cambridge dans 23 pays d‘Amérique, d‘Europe et d‘Asie. La moitié des sondés ont une bonne image du « made in Germany », seulement 6% une mauvaise. Cela place l‘Allemagne en haut du podium devant l‘Italie, le Grande-Bretagne et la France. Les États-Unis n‘arrivent qu‘en 7e position. La Chine ferme la marche à la 12ème Place.

Contre le protectionnisme, Angela Merkel appelle à la coopération

Soutien économique et financier aux pays d‘Afrique, développement de la numérisation au service du commerce, réforme de l‘Organisation mondiale du commerce (OMC), adoption d‘une déclaration mondiale sur l‘organisation du travail : tels sont les grands chantiers de coopération sur lesquels se sont entendus Berlin et les grandes institutions économiques et financières internationales (OIT, FMI, OCDE, Banque mondiale, OMC) dont Angela Merkel a rencontré les dirigeants cette semaine. La chancelière a profité de cette réunion quasi-annuelle pour plaider en faveur de la coopération et du libre-échange. « Toutes les parties doivent trouver des compromis » afin d‘éviter les barrières commerciales, que ce soit par l‘imposition de taxes douanières réciproques ou en Irlande dans le cadre du Brexit. Lors de la crise de 2008/2009, a-t-elle rappelé, la création du G20 avait permis de répondre à des problèmes quasi-insolubles à l’échelle nationale. « Peut-être devrions-nous nous en souvenir ? ».

Berlin boucle le financement de son « paquet-climat »

Le gouvernement allemand a adopté cette semaine en conseil des ministres les modalités de financement de son nouveau paquet-climat. La fixation d‘un prix du CO2 dans les secteurs des transports et des bâtiments doit rapporter 18,8 milliards d’euros d‘ici à 2023. Elle constituera l‘une des principales sources de financement aux côtés des recettes tirées du système d’échange de permis d’émission auquel l’Union européenne soumet le secteur de l’énergie. Le paquet-climat prévoit 54 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2023, des aides financières à la transition vers un mode de vie moins polluant, la fin du charbon et un nouvel envol des énergies renouvelables.

L‘Allemagne veut enrayer la destruction des invendus

Le ministère allemand de l‘Environnement a engagé il y a quelques jours un dialogue avec les représentants des secteurs de la mode, de l’électronique et du commerce en ligne en vue de limiter la destruction de marchandises non vendues ou retournées par les consommateurs. Son ambition : interdire toute destruction non justifiée par des motifs de santé ou de sécurité, et inciter les entreprises à vendre ces produits à prix cassés ou à les donner à des associations. Nombre d‘enseignes ont d‘ailleurs déjà adopté ces pratiques vertueuses. Mais elles déplorent une fiscalité plus favorable à la destruction qu‘au don. Le dialogue doit se poursuivre dans les mois à venir.

Les meilleurs librairies récompensées

La ministre allemande déléguée à la Culture, Monika Grütters, a décerné cette semaine le 5e Prix des librairies à 118 lauréats repartis dans toute l’Allemagne, avec un prix spécial de 25.000 € attribué à trois d’entre elles : la librairie Slawski à Buchholz, das Buchstäbchen à Stuttgart et le Taschenbuchladen à Freiberg. La diversité de l’offre proposée en librairie constitue « un plaidoyer pour la liberté de penser, pour l’ouverture au dialogue, pour la culture du débat et pour la capacité de compromis », a-t-elle déclaré. Le prix à été créé en 2015 pour donner plus de visibilité aux librairies et pour soutenir leurs efforts face à la concurrence d’Internet. Cette année, 41 des 118 lauréats viennent de villes de moins de 50.000 habitants, preuve que la culture du livre reste un ciment social, y compris en zone rurale.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page