Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Baron rouge et prince des airs

23.04.2018 - Article

Il y a 100 ans, Manfred von Richthofen alias le Baron rouge, légende de l’aviation de la Première Guerre mondiale, était abattu au-dessus de Vaux-sur-Somme.

Il fut l’idole de ses contemporains, une légende pour des générations d’aviateurs, et le héros d’un film en ce début de XXIe siècle (Le Baron rouge, de Nikolai Müllerschön). Manfred von Richthofen (1892-1918), surnommé « le Baron rouge », par les Britanniques, est de ces figures intemporelles qui suscitent une fascination éternelle. Il fut l’un des pionniers de l’aviation. Mais surtout, il est resté comme l’un des meilleurs pilotes de la Première Guerre mondiale.

Instinct de chasseur

21 avril 1918 : Le capitaine Arthur Roy Brown, pilote canadien, poursuit le Fokker DR I Triplan rouge vif de Manfred von Richthofen, alias Le Baron Rouge. Celui-ci trouvera la mort peu après, abattu depuis le sol
World War I, WWI, airplanes, battle, historical, |© JT Vintage

Entre septembre 1916 et son décès le 21 avril 1918, Manfred von Richthofen a abattu pas moins de 80 avions alliés. Un record pour l’époque. Et un exploit. Utilisés pour la première fois pour la reconnaissance, puis pour le combat lors de la Première Guerre mondiale, les avions étaient au départ fragiles et peu puissants. Ils ont rapidement évolué pour devenir des machines de guerre plus rapides, puissantes et lourdement armées. Mais les pilotes n’avaient que leur courage, leur ténacité et leur habileté pour devenir maîtres des airs à bord de ces appareils encore rudimentaires. Manfred von Richthofen réunissait l’instinct du chasseur, l’adresse au tir et un certain sens de l’honneur hérité de l’aristocratie prussienne.

Fils d’un officier de cavalerie, il était né à Breslau, en Silésie. Formation militaire précoce, puis mobilisation dans l’armée de l’Empire en 1914 comme officier de cavalerie. Rapidement, l’enterrement de la guerre dans les tranchées le réduisit à l’inactivité, qu’il supporta mal. Il s’intéressa alors à l’aviation, qui était encore vue comme une curiosité dans la cavalerie. Les acrobaties de maîtres des airs le fascinaient. Il suivit une formation pour servir dans les missions aériennes d’observation. Puis, après avoir rencontré son idole, l’as allemand Oswald Boelcke, il se forma pour devenir pilote de chasse.

Boelcke, qui cherchait de jeunes talents pour disputer des duels aériens de plus en plus nombreux et stratégiques avec les Alliés, le repéra vite. À bord de son Albatros, Manfred von Richthofen commença rapidement à faire la loi dans le ciel. Sa 11e victime fut l’as britannique Lanoe Hawker. Richthofer commença ainsi à bâtir sa légende. Et quand Boelcke mourut, dans une collision, il s’imposa vite comme nouveau chef d’escadrille. Il prit la tête d’une formation aérienne baptisée le Cirque Volant : elle était mobile et pouvait se déplacer pour venir disputer un combat aérien sur toute la ligne de front.

Maître des airs

Manfred von Richthofen (1892-1918), assis dans la cockpit de son avion chasseur Albatros, entouré de ses camarades d’esquadrille
Manfred von Richthofen (1892-1918), assis dans la cockpit de son avion chasseur Albatros, entouré de ses camarades d’esquadrille© akg

En avril 1917, Manfred von Richthofen fut ainsi, au-dessus d’Arras, le bourreau de l’aviation anglaise. Son avion, un Fokker DR I Triplan, était désormais un appareil puissant qui assurait à l’aviation allemande la suprématie des airs. Il l’avait peint en rouge vif pour être repérable. Ce fut le début de la légende du Baron rouge…

En juillet 1917, Manfred von Richthofer fut touché, et grièvement blessé à la tête. Il reprit le combat à peine rétabli, malgré les réserves du commandement allemand.

Mais sa carrière éclair devait prendre fin moins d’un an plus tard au-dessus de la Somme. Engagé dans une bataille aérienne, Manfred von Richthofen pénétra loin en territoire allié à la poursuite d’un avion anglais. Il avait derrière lui l’as canadien Roy Brown. Soudain, on vit l’avion du Baron rouge se poser. Le pilote décéda immédiatement après l’atterrissage, victime d’une balle dans la poitrine. Qui l’avait mortellement blessé ? Il faudra plusieurs décennies pour le découvrir. Il s’agissait apparemment d’un soldat australien posté au sol.

A.L.

Plus d’informations :

Vidéo : bande-annonce du film "Le baron rouge" de Nikolai Müllerschön (2008) (en français)

Retour en haut de page