Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’art, un mode de protestation

Barbara Dombrowski a accroché les portraits d’habitants du Groenland et de l’Amazonie sur un iceberg

Barbara Dombrowski a accroché les portraits d’habitants du Groenland et de l’Amazonie sur un iceberg, © Barbara Dombrowski

07.11.2019 - Article

Contre la gentrification, le racisme et le changement climatique : trois projets artistiques dénoncent des dérives de notre époque.

Le « penthouse parasite » : squatter pour protester contre la gentrification

La vidéo de présentation sur un portail immobilier allemand promet « une liberté maximale » : Le « penthouse parasite » (« Penthaus à la Parasit ») est un appartement-terrasse d’une surface de 3,6 m² proposé pour la modique somme de 34 150 euros. Il ne s’agit évidemment pas d’une annonce authentique mais d’un projet artistique. Au début du mois d’octobre, en effet, les artistes Jakob Wirth et Alexander Zakharov ont eu l’idée d’édifier ce « penthouse » sur un toit, dans le quartier Mitte à Berlin, pour dénoncer la gentrification de la capitale allemande. Menacé de démolition quelques jours seulement après sa construction, le « penthouse parasite » est désormais en quête d’un nouveau toit pour l’accueillir.

On peut y voir une protestation contre des loyers toujours plus élevés qui repoussent les locataires les moins fortunés à la périphérie des villes. Le « penthouse » nous invite également à percevoir les toits comme les derniers espaces libres dans une ville très peuplée. Tel un parasite, il se pose sur les immeubles sans demander aucune permission. Mais cet habitat minimaliste est aussi éphémère : il peut disparaître à tout moment si la police est prévenue de son existence.

Video: « Appropriation from above » - Art protest on the roofs of Berlin

Vidéo : Penthaus à la Parasit - raffinierte Reduktion mit grenzenloser Freiheit. Auf Immobilienscout 24

#Art-4-Future : contre le changement climatique avec des installations photos

#Art-4-Future : contre le changement climatique avec des installations photos
#Art-4-Future : contre le changement climatique avec des installations photos© Barbara Dombrowski

Lorsqu’elle est devenue mère, la photographe hambourgeoise Barbara Dombrowski a commencé à s’intéresser au changement climatique. Elle a alors fait le portrait des peuples autochtones de l’est du Groenland ainsi que de la forêt amazonienne, puis s’est rendue dans le désert de Gobi, en Tanzanie et aux Kiribati. Cinq lieux qui représentent les cinq continents et où l’impact du changement climatique est déjà particulièrement tangible.

C’est la raison pour laquelle Barbara Dombrowski appelle son art #Art-4-Future. « L’art peut combler un espace entre la science et les gens », explique-t-elle. Elle se refuse à photographier des catastrophes, préférant de vastes et somptueux paysages qu’elle combine au portrait de personnes belles et fières.

Barbara Dombrowski

Rendre visible ce qui est latent : peindre contre le racisme au quotidien

Josephine Sagna
Josephine Sagna© Sebastian Heemann

« Tu parles l’africain ? » : c’est l’un des innombrables commentaires racistes que Joséphine Sagna a dû entendre au cours de sa vie. Cette peintre hambourgeoise de 30 ans a choisi d’en faire une exposition en les reproduisant sur un mur. « Le rire est parfois le seul remède », dit-elle. Combinés à ces phrases, ses tableaux expressifs à l’huile et à l’acrylique entendent attirer l’attention sur « le racisme structurel latent ».  

Joséphine Sagna est née dans le sud de l’Allemagne d’un père originaire du Sénégal. Sa réflexion sur son identité de femme noire est au cœur de son travail artistique. Elle peint en couleurs vives des femmes puissantes posant fièrement.

Joséphine Sagna sur Instagram

© www.deutschland.de

Retour en haut de page