Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Comment les réseaux sociaux transforment l’art

Le tableau « Midsummer » de Djamila Knopf

Le tableau « Midsummer » de Djamila Knopf, © Djamila Knopf

05.11.2019 - Article

Aujourd’hui, les œuvres artistiques sont souvent accessibles sous forme numérique. Trois influenceurs nous parlent de l’impact des réseaux sociaux sur l’art.

Jannine Weigel

« Avec les réseaux sociaux, les jeunes artistes ont de bien meilleures chances de réussir indépendamment des grands labels. Nous avons aujourd’hui plus de libertés et de possibilités de présenter nos œuvres au monde, avec, souvent, un faible investissement financier. »

« Sans les réseaux sociaux, j’aurais probablement participé à des concours de chant dans l’espoir d’y être découverte. Or ces concours n’offrent souvent qu’à certains styles de musique et à un petit groupe d’artistes l’opportunité de se présenter à un public important. C’est différent en ligne. Chacun peut y trouver sa place. Mais les réseaux sociaux ont aussi leur côté négatif, comme j’en ai fait l’expérience il y a quelques années lorsque j’ai été victime de cyber-harcèlement sur Twitter. »

Jannine Weigel (19 ans), musicienne et comédienne allemande, est surtout connue en Thaïlande et sur Youtube (3,5 millions d’abonnés)

Djamila Knopf

« En tant que plateforme basée sur l’image, Instagram est naturellement apprécié des artistes. Je ne le considère toutefois pas comme un support artistique mais plutôt comme un moyen d’interaction. Il est une interface entre la galerie numérique, le journal intime et le chat. Quand on poste régulièrement des tableaux, on partage des informations sur son processus artistique et sur sa vie. »

Pour moi, Instagram est à la fois une galerie numérique, un journal intime et un chat.
Djamila Knopf, artiste et Instagrammeuse

« Et il y a l’aspect apprentissage dans les vidéos d’art : on apprend en suivant la démarche d’autres artistes. Je pense que différentes influences stylistiques se mélangent au niveau mondial avec Instagram. Je trouve fascinant de voir le processus de création de l’art. Je ne crois pas que cela enlève sa magie à l’art, au contraire : en général, le tableau final m’impressionne encore plus. »

Djamila Knopf (29 ans), originaire de Leipzig, est artiste. Elle compte quelque 314 000 abonnés sur Instagram (@djamilaknopf)

David Ambarzumjan

« Instagram peut être bien plus que des selfies et des photos de plats. C’est une galerie virtuelle et les spectateurs peuvent jeter un regard dans les coulisses. On voit comment l’artiste travaille et ses idées derrière le tableau. Ils ont ainsi l’opportunité de découvrir à la fois l’art et l’artiste. »

Un exemple de l’art de David Ambarzumjan
Un exemple de l’art de David Ambarzumjan© David Ambarzumjan

« C’est fascinant d’assister à la création d’une œuvre, surtout en accéléré. Des heures ou parfois des jours de travail sont réduits à 60 secondes. Pour les jeunes qui n’ont ni la patience ni l’envie de me voir peindre en temps réel, c’est le moyen idéal pour susciter l’intérêt. Cela permet en outre d’être en contact avec d’autres artistes en Allemagne et dans le monde. Voir comment d’autres artistes créent dans le monde entier est une grande inspiration. »

David Ambarzumjan (20 ans) vit près de Munich. Cet artiste est actuellement suivi par 292 000 abonnés sur Instagram (@david_art)


Video « David Ambarzumjan – Human Nature »
© www.deutschland.de

Retour en haut de page