Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : Vincent Van Gogh, une passion allemande

Vue de l’exposition « Making Van Gogh », à voir au musée Städel de Francfort/M. jusqu’au 16 février 2020

Vue de l’exposition « Making Van Gogh », à voir au musée Städel de Francfort/M. jusqu’au 16 février 2020, © Musée Städel, Norbert Miguletz

23.10.2019 - Article

Le musée Städel de Francfort/M. explore la fascination des Allemands pour le peintre néerlandais et son influence sur l’art moderne en Allemagne.

Il ne réussissait pas à vendre ses toiles de son vivant. Mais quinze ans après sa mort, Vincent Van Gogh (1853-1890) était considéré en Allemagne comme l’un des grands précurseurs de l’art moderne. Galeristes, collectionneurs, critiques d’art, directeurs de musée s’arrachaient ses œuvres. 150 d’entre elles avaient déjà rejoint les musées allemands à la veille de la Première Guerre mondiale. Jusqu’au 16 février 2020, le musée Städel de Francfort-sur-le Main explore cette « passion allemande » jamais démentie pour l’auteur des « Tournesols » et de « L’Arlésienne ».

Vincent van Gogh (1853–1890), Ferme en Provence, Huile sur toile, 1888. National Gallery of Art, Washington
Vincent van Gogh (1853–1890), Ferme en Provence, Huile sur toile, 1888. National Gallery of Art, Washington© National Gallery of Art, Washington, Ailsa Mellon Bruce Collection, 1970.17.34

L’exposition « Making Van Gogh. Histoire d’un amour allemand » réunit une cinquantaine de toiles et de tableaux du maître, dont plusieurs grands classiques. C’est la plus grande exposition de travaux de Van Gogh en Allemagne depuis près de vingt ans. Un événement qui a demandé cinq années de travail, confie le directeur du Städel, Philipp Demandt. Mais le jeu en valait la chandelle.

On y découvre les liens souterrains, insoupçonnés qui lient l’art moderne allemand à l’œuvre de Van Gogh. « L’histoire de l’art allemand au XXe siècle n’aurait pas été la même sans [lui] », explique Felix Krämer, le commissaire de l’exposition. Ses œuvres ont « été un déclic pour une génération entière d’artistes », ajoute Philipp Demandt.

Les mouvements expressionnistes Die Brücke et Der Blaue Reiter (Le cavalier bleu), par exemple, ont largement puisé techniques et inspiration chez le peintre néerlandais. Beckmann, Kirchner, Klee, Pechstein sont tous sont représentés à Francfort L’exposition place, par exemple, côte à côte un autoportrait de Van Gogh et un autre, peint en 1905 par Max Beckmann, qui lui ressemble comme un frère. Mais elle montre aussi à quel point Van Gogh a inspiré les peintres allemands de manières très diverses.

A.L.

Exposition « Making Van Gogh. Histoire d’un amour allemand »
À voir au Musée Städel de Francfort jusqu’au 16 février 2020

Plus d'informations :

Musée Städel (en anglais/allemand)

Retour en haut de page