Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Francfort, une ville à la page

Près de 7 500 exposants d’une centaine de pays attendent les visiteurs jusqu’à dimanche à l’occasion de la Foire du livre de Francfort

Près de 7 500 exposants d’une centaine de pays attendent les visiteurs jusqu’à dimanche à l’occasion de la Foire du livre de Francfort, © dpa-Zentralbild

16.10.2019 - Article

La métropole des bords du Main accueille à partir d’aujourd’hui sa 71e Foire du livre. Rendez-vous mondial de l’édition, elle résonne aussi cette année des grands débats de société.

La princesse Mette-Marit de Norvège et son mari, le prince héritier Haakon, ont fait le voyage de Berlin à Francfort/M. avec un groupe d’enfants dans un « Train de la littérature »
La princesse Mette-Marit de Norvège et son mari, le prince héritier Haakon, ont fait le voyage de Berlin à Francfort/M. avec un groupe d’enfants dans un « Train de la littérature »© ZB

La princesse Mette-Marit de Norvège et son mari, le prince héritier Haakon, sont venus en ambassadeurs. Les écrivains Maja Lunde, Herbjorg Wassmo et Jostein Gaarder ont fait le déplacement. 510 titres viennent de paraître en allemand dont 230 nouvelles traductions. La Norvège sait y faire quand elle promet du « rêve » aux visiteurs de la Foire du livre de Francfort. Hôte officiel de la 71e édition, le pays des fjords a en effet choisi « Le rêve en nous » comme thème de son pavillon. Il est la vedette du grand rendez-vous littéraire de l’automne en Allemagne qui ouvrait ses portes aujourd’hui sur les bords du Main.

Près de 7 500 éditeurs, libraires, auteurs et agents littéraires de 104 pays attendent les visiteurs jusqu’à dimanche. La fréquentation était de 285 000 personnes l’an dernier. Il s’agit de professionnels pour la plupart, car la Foire du livre de Francfort est l’un des premiers rendez-vous mondiaux de l’édition. C’est une plateforme essentielle, notamment pour la vente de droits.

La 71e Foire du livre bat son plein jusqu’à dimanche

Mais les particuliers sont également les bienvenus. La Foire leur est accessible durant tout le week-end. Ils pourront y rencontrer leurs auteurs et You-Tubeurs favoris, participer à des débats, écouter des concerts ou simplement flâner dans les allées entre les nouveautés. Les écrivains Margareth Atwood, Ken Follett, Elif Shafak, Colson Whitehead ou encore Peter Wohlleben, le forestier allemand auteur de « La vie secrète des arbres », viendront signer leurs livres. La romancière polonaise Olga Tokarczuk, tout juste auréolée du Prix Nobel de littérature, a également fait un détour.

Débats de société

Cette année, la Foire du livre de Francfort est aussi, plus que jamais, une caisse de résonnance des débats de société. Elle accueillait, par exemple, aujourd’hui un débat avec l’activiste Luisa Neubauer, surnommée la « Greta Thunberg allemande », et le co-président des Verts allemands, Robert Habeck, sur le thème « Anthropocène : l’ère dessinée par l’Homme est-elle la dernière ? ».

La Foire du livre de Francfort « réfléchit tous les grands sujets contemporains à la manière d’une loupe », a souligné son directeur, Jürgen Boos, lors de la cérémonie d’inauguration, hier. La variété des thèmes est intentionnelle. L’important est d’envoyer un signal, juge M. Boos.

Francfort est ainsi cette semaine le point de départ de nombreuses campagnes. Elles visent à défendre, en particulier, la liberté d’opinion et la liberté de l’art, menacées en maints endroits du globe (Turquie, Chine, etc.).

Sans compter les conséquences de la révolution numérique et les effets parfois délétères des réseaux sociaux, un autre thème de réflexion. Elles créent un contexte qui justifie plus que jamais la défense des livres et de la culture, a souligné à Francfort le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. « Dans un monde assoiffé de réponses simples et rapides », a-t-il dit, « la force tranquille de la littérature aide à se protéger contre les réflexes autoritaires, contre le repli sur soi et contre les réponses simplistes. Lire, c'est accepter d'autres points de vue que le sien. C'est tolérer l'ambiguïté et faire preuve d'empathie. Aussi paradoxal que cela paraisse, lire, c'est sortir de sa bulle. »

A.L.

Plus d’informations :

Foire du livre de Francfort (en anglais/ allemand)

Retour en haut de page