Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Magnificence baroque

Couronne des insignes funéraires d’Auguste II de Pologne, exposée dans une vitrine des salles d’apparat royales du Château de la Résidence de Dresde

Couronne des insignes funéraires d’Auguste II de Pologne, exposée dans une vitrine des salles d’apparat royales du Château de la Résidence de Dresde, © ZB

01.10.2019 - Article

300 ans après leur inauguration par Auguste le Fort (1670-1733), les pièces d’apparat du Château de la Résidence rouvrent leurs portes à Dresde.

La cour de Saxe était « la plus brillante d'Europe, après celle de Louis XIV », selon Voltaire. Le philosophe de Ferney n’avait pas choisi la comparaison par hasard. Au début du XVIIIe siècle, le prince électeur de Saxe et roi de Pologne Auguste le Fort (1670-1733) était un grand admirateur du Roi Soleil. Les joyaux baroques qu’il a édifiés à Dresde demeurent au XXIe siècle les principales attractions touristiques de la « Florence de l’Elbe ». Depuis quelques jours, de nouvelles merveilles viennent d’ouvrir leurs portes.

La salle d’audience est l’une des pièces d’apparat royales du Château de la Résidence de Dresde qui viennent de rouvrir leurs portes au public
La salle d’audience est l’une des pièces d’apparat royales du Château de la Résidence de Dresde qui viennent de rouvrir leurs portes au public. Ces pièces datant du XVIIIe siècle avaient été détruites pendant la Seconde Guerre mondiale© ZB

Il s’agit des salles d’apparat du Château de la Résidence de Dresde. Cet ensemble de neuf pièces occupe tout un étage. Il fut construit par Auguste le Fort de 1717 à 1719 pour le mariage de son fils Frédéric-Auguste avec Marie-Josèphe, la fille de l’empereur Joseph Ier d’Autriche. Malheureusement, il ne résista pas au bombardement de Dresde en février 1945. Il fut réduit en cendres comme la majeure partie du château. Sa reconstitution, aujourd’hui, vient couronner l’effort de reconstruction de l’édifice, engagé depuis 1986.

Le visiteur se croit ramené trois cents ans en arrière. Les pièces – salle d’audience, chambre à coucher d’apparat, vestiaire – ont été minutieusement reconstituées dans leur état de 1719 grâce à des photos en couleurs prises entre 1942 et 1944. On ne peut certes plus assister au lever du souverain. Mais on peut admirer le mobilier d’argent inspiré de Versailles, les tapisseries précieuses brodées fil à fil, le trône du roi, les meubles Boulle, les porcelaines, les soieries, les insignes royaux. Sans oublier un tableau monumental du peintre français Louis de Silvestre qui orne l’un des plafonds. Auguste le Fort, à l’image de son modèle Louis XIV, savait mieux que personne mettre en scène son pouvoir.

A.L.

Plus d’informations :

Château de la Résidence à Dresde (en français/ allemand/ anglais)

Retour en haut de page