Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Dans l’atelier du maître Albrecht Dürer

[g.] Albrecht Dürer, L’Adoration des mages, 1504, huile sur toile, Florence, Gallerie degli Uffizi / [dr.] Albrecht Dürer, Portrait d’un homme imberbe avec béret, 1521, huile sur toile, Madrid, Museo Nacional del Prado

[g.] Albrecht Dürer, L’Adoration des mages, 1504, huile sur toile, Florence, Gallerie degli Uffizi / [dr.] Albrecht Dürer, Portrait d’un homme imberbe avec béret, 1521, huile sur toile, Madrid, Museo Nacional del Prado, © (g.) Gabinetto Fotografico delle Gallerie degli Uffizi / (dr.) Albertina (Autriche)

26.09.2019 - Article

Le Palais de l’Albertina, à Vienne (Autriche), consacre tout l’automne une vaste rétrospective au maître allemand de la Renaissance. Attention : chefs-d’œuvre !

Près de cinq siècles après sa mort, il demeure le plus illustre représentant de la Renaissance picturale au nord des Alpes. Le peintre allemand Albrecht Dürer (1471-1528) se voit consacrer jusqu’au 6 janvier 2020 une vaste rétrospective au Palais de l’Albertina de Vienne (Autriche). Le musée présente près de 200 œuvres dont tous les plus grands chefs-d’œuvre du maître, qui sont rarement réunis dans une telle profusion.

[g.] Albrecht Dürer, Le lièvre, 1502, Aquarelle et gouache, pinceau, rehaussé de blanc opaque; [en haut, de g. à dr.] Albrecht Dürer, Portrait d’un Africain, 1508, craie noir; Albrecht Dürer, Portrait d’un homme de 93 ans, 1521, Pinceau noir et gris, rehaussé de blanc opaque; [en bas] Albrecht Dürer, Jeune femme en costume hollandais, 1521, Pinceau noir et gris, rehaussé de blanc opaque, Washington, National Gallery of Art, Widener Collection
[g.] Albrecht Dürer, Le lièvre, 1502, Aquarelle et gouache, pinceau, rehaussé de blanc opaque; [en haut, de g. à dr.] Albrecht Dürer, Portrait d’un Africain, 1508, craie noir; Albrecht Dürer, Portrait d’un homme de 93 ans, 1521, Pinceau noir et gris, rehaussé de blanc opaque; [en bas] Albrecht Dürer, Jeune femme en costume hollandais, 1521, Pinceau noir et gris, rehaussé de blanc opaque, Washington, National Gallery of Art, Widener Collection© Albertina, Vienne (Autriche) et avec l’aimable autorisation de la National Gallery of Art, Washington

On admire, par exemple, des toiles aussi illustres que « Le lièvre », « L’adoration des mages », les nombreux portraits, autoportraits et scènes de famille d’Albrecht Dürer, ainsi qu’une large gamme de dessins. Il s’agit pour partie d’esquisses préparatoires que l’Albertina confronte avec intelligence au tableau achevé. Mais bien souvent, le maître de Nuremberg (Bavière) exposait ses dessins dans son atelier comme échantillon et preuve de sa virtuosité.

Car c’est de virtuosité qu’il est question avec Dürer. Son exceptionnel don d’observation, allié à une redoutable maîtrise technique lui ont permis de reproduire des plantes, des animaux et des personnages plus vrais que nature. On s’en rend compte en admirant le détail de ses dessins de mains, de nus ou d’animaux. Son pinceau est si fin qu’il atteint une sorte de perfection.

Le Palais de l’Albertina, qui possède la plus riche collection de dessins de Dürer au monde, a puisé dans son fonds propre. Mais il a également fait appel à de grands musées étrangers comme la Galerie des Offices de Florence ou le musée du Prado à Madrid.

A.L.

Albrecht Dürer
Exposition au Palais Albertina, à Vienne (Autriche) jusqu’au 6 janvier 2020

Plus d'informations (en anglais/allemand/français)

Retour en haut de page