Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : Mozart, « fashion victim »

Portrait de la famille Mozart, attribué à Johann Nepomuk della Croce (1736-1819), entre la fin de l’automne 1780 et l’été 1781

Portrait de la famille Mozart, attribué à Johann Nepomuk della Croce (1736-1819), entre la fin de l’automne 1780 et l’été 1781, © Salzburg, ISM, Mozart-Museen & Archiv

19.06.2019 - Article

Comment s’habillait-on en Europe dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ? La famille de Mozart l’a observé mieux que personne lors de ses nombreux voyages. Une exposition à Augsbourg nous fait découvrir la mode de l’époque à travers ses yeux.

Des vêtements, des vêtements… encore des vêtements ! C’est l’essentiel de ce qu’aurait possédé Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) à sa mort, selon certains biographes. Le compositeur était-il une « Fashion victim » avant l’heure ? Ou devait-il simplement suivre les modes très changeants de la cour ? Une chose est sûre : Mozart connaissait parfaitement les usages vestimentaires de son temps, à Vienne et à travers toute l’Europe. C’est ce que révèle une exposition originale présentée jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée national du textile et de l’industrie d’Augsbourg.

Ville natale du père de Mozart, Leopold (1719-1787), la Bavaroise Augsbourg était au XVIIIe siècle un centre important de l’industrie textile. À l’occasion du tricentenaire de son illustre rejeton, elle a eu l’idée originale de se poser la question de son rapport à la mode. Et ce fut une idée féconde puisque les innombrables lettres envoyées par Leopold Mozart lors de ses voyages à travers l’Europe regorgent d’observations précises et de commentaires subtils sur les vêtements portés dans les différentes capitales. À partir de ces lettres et de vêtements de l’époque, le musée a reconstitué « les univers de la mode » au temps de Mozart, père et fils.

(G.) Habit à la française, Centre de l’Allemagne vers 1785–1790; (Centre) Robe à la française, vers 1760–1780; (Dr.) Boucle de soulier, France vers 1770/1780
(G.) Habit à la française, Centre de l’Allemagne vers 1785–1790; (Centre) Robe à la française, vers 1760–1780; (Dr.) Boucle de soulier, France vers 1770/1780© Photo : Bastian Krack, © Bayerisches Nationalmuseum München / Photo: Karl-Michael Vetters, © Bayerisches Nationalmuseum München)

L’exposition présente une somptueuse collection de costumes, chaussures, perruques et accessoires. « Il y a là de véritables trésors à admirer en matière de mode », souligne le directeur du musée, Karl Borromäus Murr. Mais il y a aussi, il faut bien le reconnaître, des trésors d’humour et d’intelligence dans les commentaires de la famille Mozart.

Le musicien observe ainsi à Paris que la mode féminine est « aux écharpes en fourrure en plein été ». « À Salzbourg, cela passerait pour une »étrange folie« , commente-t-il. Londres, où la famille réside en 1764-65, en prend aussi pour son grade. Si la simplicité du chic londonien le séduit, Mozart s’étonne des chapeaux portés outre-Manche. Les Salzbourgois »vous regarderaient avec cela comme un rhínocéros« , écrit-il.

L’exposition détruit également de nombreux mythes. Par exemple, les Européens du XVIIIe siècle étaient loin d’être petits et frêles tels qu’on les imagine. Au contraire, ils ne cessaient de repriser leurs vêtements pour… les adapter à un corps qui ne cessait de s’épaissir au fil des années…

Quant aux costumes et tenues de luxe, ils pouvaient se révéler moins reluisants observés de près. Trop chers et tissés d’étoffes trop précieuses, ils n’étaient jamais lavés, au mieux époussetés. Il n’était donc pas rare qu’un costume brillant de mille feux cache… une doublure toute mitée !

A.L.

Exposition »Les univers de Mozart en matière de mode«
Au Musée national du textile et de l’industrie d’Augsbourg jusqu’au 6 janvier 2020

Plus d’informations :

Sur l'exposition (informations & vidéo en allemand/anglais)
Programme complet du Tricentenaire de Leopold Mozart à Augsbourg (en allemand)
Tout savoir sur Augsbourg, la famille Mozart et le festival Mozart 2019 (en allemand/anglais)

Retour en haut de page