Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : la mer, ultime échappatoire

De la mythologie gréco-romaine aux drames contemporains en Méditerranée (photo), la mer a depuis toujours représenté l’ultime espoir de fuite pour les hommes victimes de la faim, de la guerre ou de la dictature

De la mythologie gréco-romaine aux drames contemporains en Méditerranée (photo), la mer a depuis toujours représenté l’ultime espoir de fuite pour les hommes victimes de la faim, de la guerre ou de la dictature, © dpa

14.06.2019 - Article

Fuir au péril de sa vie, mais fuir. De la chute de Troie aux tragédies contemporaines, la mer a toujours été un moyen pour les hommes d’échapper à la guerre, à la faim et à la dictature. C’est que montre l’exposition « La fuite par la mer » à Hambourg jusqu’au 2 février 2020.

Près de 2 300 morts et disparus en 2018, plus de 3 100 noyés en 2017 et près de 18 000 au total depuis 2014 : la Méditerranée est devenue un cimetière. Des milliers d’Africains s’embarquent sur des radeaux de fortune pour tenter de gagner l’Europe. Ils sont prêts à tout perdre pour s’accrocher au dernier espoir d’une vie meilleure. Ils seront secourus ou reconduits. Ils perdront la vie ou un membre de leur famille. Que faire face à cette tragédie, qui se déroule sous nos yeux ? Le Musée maritime international de Hambourg propose une perspective originale : celle de l’histoire.

Il accueille jusqu’au 2 février 2020 l’exposition « La fuite par la mer, de Troie à Lampedusa ». Elle a été conçue par l’historien Erik Lindner, auteur d’un livre sur le sujet (« Flucht übers Meer / Flight across the sea », Mittler E.S. + Sohn GmbH, 2019) et cherche à élargir la perspective. La mer, tel est son propos, est depuis toujours l’ultime échappatoire des hommes face au danger ou à la détresse.  

« Les motifs de fuite sont toujours les mêmes », explique Erik Lindner. « Il s’agit des guerres, de la détresse, des menaces existentielles, de l’oppression et du manque de liberté. C’est ce que nous voulons montrer pour, peut-être, éveiller davantage de compréhension et d’empathie chez les visiteurs ».

Vues de l’exposition « La fuite par la mer, de Troie à Lampedusa » au Musée maritime international de Hambourg jusqu’au 2 février 2020
Vues de l’exposition « La fuite par la mer, de Troie à Lampedusa » au Musée maritime international de Hambourg jusqu’au 2 février 2020© dpa

L’exposition présente une cinquantaine d’objets et de documents qui nous font parcourir toutes les époques. Mais elle retrace surtout les destins exemplaires de onze réfugiés ou familles de réfugiés qui ont pris la mer pour échapper à une tragédie.

L’histoire commence dès la mythologie antique avec la guerre de Troie et la fuite d’Énée. Le héros troyen, qui inspira à Virgile son « Énéide », aborda les côtes de l’Italie au terme d’une longue errance en Méditerranée avant d’engendrer les fondateurs de Rome. Puis ce sont les les Pères pèlerins, colons britanniques puritains, qui traversent l’Atlantique en 1620 à bord du « Mayflower » pour s’installer à Plymouth dans le Massachussets. Ils sont suivis au milieu du XIXe siècle par quelque deux millions d’Irlandais fuyant la famine, mais aussi plus près de nous par les milliers de Juifs fuyant le nazisme.

L’exposition raconte aussi l’histoire du « miracle de Dunkerque » qui permit de sauver 370 000 soldats britanniques et français en 1940, celle des milliers d’Allemands de l’Est qui tentèrent d’échapper au communisme en s’embarquant sur la mer Baltique et celle des boat-people vietnamiens.

A.L.

Exposition « La fuite par la mer, de Troie à Lampedusa »
Au Musée maritime international de Hambourg jusqu’au 2 février 2020

Visite guidée tous les vendredis

Plus d'informations (en allemand/ anglais)

Retour en haut de page