Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« Poésie et politique » au Festival de la Ruhr

Ein-wenig-Leben (Une vie comme les autres), adaptation du roman éponyme d’Hanya Yanagihara par Ivo van Hoves à voir au Festival de la Ruhr jusqu’au 9 juin

« Ein-wenig-Leben » (Une vie comme les autres), adaptation du roman éponyme d’Hanya Yanagihara par Ivo van Hoves à voir au Festival de la Ruhr jusqu’au 9 juin, © Festival de la Ruhr, photo : Jan-Versweyveld

13.05.2019 - Article

Le plus ancien festival de théâtre d’Europe se tient à Recklinghausen jusqu’au 9 juin. À l’heure où la Ruhr tourne la page du charbon, son nouveau directeur, Olaf Kröck, veut regarder vers l’avenir sans oublier le passé.

Il est resté dans les mémoires. À Hambourg, le terrible hiver 1946/47 faillit obliger les théâtres à fermer faute de charbon. Mais les artistes eurent l’idée d’aller chercher de l’aide dans les mines de la Ruhr. Ils furent si bien accueillis qu’ils repartirent avec des camions pleins au mépris des règles instituées par les puissances occupantes. L’été suivant, ils revenaient donner des représentations pour les mineurs. Le Festival de la Ruhr était né. Soixante-douze ans plus tard, il propose jusqu’au 9 juin 210 représentations à Recklinghausen. Et il regarde plus que jamais vers l’avenir.

Le Festival de la Ruhr aborde 2019 avec un nouvel intendant. Olaf Kröck arrive, qui plus est, à un moment charnière. La dernière mine de houille de la région, celle de Prosper-Haniel, à Bottrop, a fermé ses portes en décembre. Une page fondatrice de l’histoire et de l’identité du bassin minier se tourne. La reconversion vers les industries culturelles est plus que jamais à l’ordre du jour.

Olaf Kröck l’a compris. « La fin de l’extraction de la houille ne marque pas seulement un nouveau départ pour la région de la Ruhr, mais aussi pour le festival », dit le dramaturge. Il faut « aborder des thèmes qui touchent à la réalité quotidienne ». Cela signifie « regarder le passé tout en sondant les thèmes qui seront importants pour l’avenir. C’est la raison pour laquelle nous avons placé notre première édition dans la tension entre poésie et politique ».

Une ville, des histoires

« What Is the City but the People ? » : 150 habitants de Recklinghausen, dans la Ruhr, ont raconté l’histoire de leur vie dans un spectacle mêlant installation, concert et théâtre
« What Is the City but the People ? » (Qu’est-ce que la ville, sinon ses habitants ?) : 150 habitants de Recklinghausen, dans la Ruhr, ont raconté l’histoire de leur vie dans un spectacle mêlant installation, concert et théâtre en ouverture du Festival de la Ruhr© Festival de la Ruhr, Ana-Córcoles Siegersbusch

Le nouvel intendant est passé à l’acte dès l’ouverture. L’édition 2019 a débuté avec « What is the City but the people » (« Qu’est-ce que la ville sinon ses habitants »), un hommage à la ville de Recklinghausen et à ses habitants. 150 d’entre eux, « héros du quotidien » issus de tous les horizons (mère de famille, boulanger, facteur, éleveur de pigeons, apiculteur, agent des pompes funèbres, SDF, etc.), sont venus faire sur scène le récit de leur vie, entre lecture de textes et concerts. L’idée s’inspirait d’un spectacle de Jeremy Deller au Manchester International Festival de 2017. Elle a frappé les esprits. L’auditoire est resté debout sous la pluie, visiblement captivé.

Un événement culturel au rayonnement international

90 lectures, pièces de théâtre, spectacles de danse, concerts, débats ou expositions sont au programme du festival, qui est aujourd’hui le plus ancien et l’un des plus renommés d’Europe. 850 artistes d’Allemagne, de France, les Pays-Bas, mais aussi de Grande-Bretagne, de Grèce, d’Ukraine, du Liban et de Namibie sont à l’affiche.

Le public découvrira notamment la pièce de Peter Brooks « The Prisoner » et l’adaptation à la scène du roman d’Hanya Yanagihara « Une vie comme les autres » par Ivo van Hoves.

La danse sera à l’honneur avec « Grand Finale », proposé par le chorégraphe israélien Hofesh Shechter, et « The Great Tamer » du Grec Dimitris Papaioannou.

Côté lectures, le critique littéraire allemand Demis Scheck animera une série d’entretiens avec la Prix Nobel allemande Herta Müller, l’écrivain et réalisateur allemand Georg Stefan Troller, et l’avocat et auteur américain Louis Begley.

A.L.

Festival de la Ruhr, à Recklinghausen jusqu’au 9 juin 2019

Site officiel (en allemand/anglais)

Retour en haut de page