Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : la fleur de l’art en plein bassin minier

La cité-jardin de Margarethehöhe, à Essen

La cité-jardin de Margarethehöhe, à Essen, © dpa

08.04.2019 - Article

Le musée de la Ruhr, à Essen, dévoile jusqu’au 5 janvier 2020 les œuvres d’une communauté d’artistes innovante qui a éclos dans la région au cours des années 1920 et 1930.

« C’est l’une des expérimentations artistiques les plus importantes jamais menées dans le bassin de Ruhr. Elle a des prolongements jusqu’à nos jours » dans les centres artistiques de la région, souligne le musée de la Ruhr. Jusqu’au 5 janvier 2020, l’institution installée sur le carreau de l’ancienne mine du Zollverein, à Essen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), fait découvrir au public une pépite méconnue : l’œuvre de la « Colline Marguerite » (Margarethehöhe), une communauté d’artistes hautement créative des années 1920 et 1930.

La Colline Marguerite, au sud de la ville d’Essen, doit son nom à sa fondatrice, Margarethe Krupp. En 1906, la veuve du magnat de l’industrie Friedrich Alfred Krupp (1854-1902) eut l’idée de faire construire une cité pour loger à des prix abordables ouvriers et employés. Elle confia le projet à des architectes qui construisirent à partir de 1910 une cité-jardin, l’une des premières du genre.

L’ensemble comprenait des logements, mais aussi des ateliers. Ainsi, il ne tarda pas à attirer des artistes au point de devenir un important centre de production artisanale et artistique. Son élan créateur et la variété des styles qui s’y épanouirent inspirèrent l’École du Bauhaus, fondée à Weimar (Thuringe, à l’est de l’Allemagne) en 1919.  

Le musée de la Ruhr profite aujourd’hui du centenaire de ce dernier pour faire revivre les artistes de la Colline Marguerite, et montrer qu’en matière d’inspiration les bassins miniers et industriels de l’Ouest n’avaient rien à envie aux pionniers de Weimar et Dessau. L’exposition, intitulée « Aufbruch im Westen » (« Élan à l’ouest ») raconte l’aventure artistique de la Colline Marguerite à partir de 700 objets d’art et de design issus de collections publiques et privées. On y trouve, par exemple, des sculptures originales, le Livre d’or imaginé pour la ville d’Essen, le collier d’apparat réalisé pour le maire d’Essen, une Coupe de champion d’Allemagne de football ainsi que des meubles, des maquettes, des plans, des photos, etc..

A.L.

Exposition « Aufbruch im Westen. Die Künstlersiedlung Margarethenhöhe »
Jusqu’au 5 janvier 2020 au Musée de la Ruhr (Ruhrmuseum) à Essen

Plus d’informations :

Site du Ruhrmuseum (en allemand/ anglais)

Retour en haut de page