Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Theodor Fontane, littérature sans ordonnance

La région du Brandebourg (autour de Berlin, à l’est de l’Allemagne) était la patrie de l’écrivain Theodor Fontane

La région du Brandebourg (autour de Berlin, à l’est de l’Allemagne) était la patrie de l’écrivain Theodor Fontane. Dans l’œuvre qu’il lui consacre, « Wanderungen durch die Mark Brandenburg », il la décrit comme une terre rude mais accueillante, © ZB

01.04.2019 - Article

À l’occasion du bicentenaire de sa naissance, sa ville natale de Neuruppin invite à redécouvrir le grand écrivain réaliste.

Pour beaucoup d’Allemands, c’est avant tout un souvenir de lycée. « Effi Briest » (1896), histoire tragique d’un mariage arrangé dans l’Allemagne wilhelminienne et puritaine du XIXe siècle, est un roman majeur de la littérature réaliste allemande. Il a été adapté au cinéma par Rainer Werner Fassbinder en 1974. Mais tout classique qu’il est, Theodor Fontane (1819-1898) a encore des choses à nous dire. L’Année Fontane, qui vient de débuter à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, vient nous le rappeler et nous inviter à le redécouvrir.

Pharmacien devenu journaliste, puis écrivain, Theodor Fontane a eu plusieurs vies. D’ascendance française et huguenote, il voit le jour à Neuruppin, dans le Brandebourg. C’est un land rural et tranquille, arrosé par les eaux de la rivière Havel. Le jeune homme commence donc par suivre les traces de son père, pharmacien. Mais très vite, il se met à écrire et fait ses premiers pas de journaliste.

Des séjours prolongés à Londres et en Écosse élargissent son horizon. Puis, il devient critique de théâtre et correspondant de guerre. Cela lui vaut d’être soupçonné d’espionnage lors d’une enquête à Domrémy en 1870, et emprisonné plusieurs semaines sur l’île d’Oléron. Il acquiert parallèlement une certaine notoriété comme poète. Ce n’est qu’en 1878 qu’il publie son premier roman, « Avant la tempête » (« Vor dem Sturm »). Il a 58 ans.

Mais sa prose fait rapidement de lui une figure du réalisme littéraire. Fontane est un maître des dialogues et de la description fouillée, exacte et poétique. Et il a sa technique bien à lui. Toute la journée, il collectionne les mots et les observations. Il les note scrupuleusement pour ne jamais être à court d’idées.

[G.] Theodor Fontane (1819-1898) ; [Dr.] Hanna Schygulla dans le rôle d‘Effi Briest, principale héroïne du roman éponyme de Theodor Fontane, en 1974 sous la direction de Rainer Werner Fassbinder
[G.] Theodor Fontane (1819-1898) ; [Dr.] Hanna Schygulla dans le rôle d‘Effi Briest, principale héroïne du roman éponyme de Theodor Fontane, en 1974 sous la direction de Rainer Werner Fassbinder© picture alliance / akg ; picture alliance/United Archive

Quand il écrit, assis à son bureau, c’est un écrivain appliqué autant qu’un enfant espiègle. Il joue avec les mots, il exploite avec espièglerie les possibilités d’association qu’offre la langue allemande, il multiplie les néologismes : « Kaffeekuchenpyramide », « Hilfskonstruktion », « Angstmeisterschaft ». Il crée un univers de lettres et de sons qui traverse les époques. « Effi Briest, »Errements et tourments« ( »Irrungen, Wirrungen « ), »Wanderungen durch die Mark Brandenburg « : à plus d’un siècle de distance, il fait ainsi renaître sous nos yeux le Brandebourg du XIXe siècle et toute une société.

Cet univers poétique, ce jeu malicieux avec le langage est à (re)découvrir au musée de Neuruppin qui lui consacre toute une exposition jusqu’au 30 décembre. Mais ce n’est pas tout. À l’occasion du bicentenaire, la ville natale de l’écrivain déploie un vaste programme (expositions, congrès, festival, opéra, etc.) pour célébrer et faire redécouvrir Fontane et sa région, le Brandebourg.

Car plus que jamais, l’écrivain semble actuel. »Ses romans reflètent moins l’ancienne Prusse que le conflit entre la tradition et la modernité. C’est sans doute la raison pour lauqelle ils ne vieillissent pas« , a ainsi souligné le président allemand, Frank Walter Steinmeier, lors de l’inauguration de l’Année Fontane, samedi 30 mars.

A.L.

Plus d’informations :

Discours du président allemand, Frank-Walter Steinmeier (en allemand)
Année du bicentenaire de Theodor Fontane (en allemand/ anglais)
Musée de Neuruppin (en allemand)
Office de tourisme : découvrir Theodor Fontane dans le land du Brandebourg (en allemand)

Retour en haut de page