Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : Franz Nölken, l’amoureux de Paris

Franz Nölken, Paysage fluvial en France (Le pont de Meulan), 1909, huile sur toile, Galerie Herold, Hambourg/ Sylt

Franz Nölken, Paysage fluvial en France (Le pont de Meulan), 1909, huile sur toile, Galerie Herold, Hambourg/ Sylt, © Maison Ernst Barlach, Photo : Galerie Herold

10.01.2019 - Article

Jusqu’au 17 février, la Maison Ernst Barlach rend hommage à Franz Nölken, météore de la peinture allemande fauché par la Grande guerre et grand admirateur des maîtres français.

Un éclat d’obus tombé à La Capelle (Aisne) le 4 novembre 1918 a-t-il changé le visage de l’art allemand contemporain ? Privé l’Allemagne et la France d’un médiateur passionné ? À quelques jours seulement de l’Armistice, la violence du feu a en tout cas stoppé prématurément à une trajectoire artistique qui s’annonçait prometteuse des deux côtés du Rhin : celle du peintre hambourgeois Franz Nölken (1884-1918). Cent ans après sa mort, la Maison Ernst Barlach rend hommage à ce virtuose élève de Matisse dans une exposition intitulée « Paris im Sinn » (litt. Paris en tête). Elle est à visiter à Hambourg jusqu’au 17 février.

Franz Nölken, y apprend-on, a d’abord été un enfant prodige. À six ans, il jouait au piano les pièces les plus difficiles. Au lycée, il savait par cœur des partitions entières de Wagner et rédigeait des théories sur la musique. Musicien, ou peintre ? Le virtuose a hésité, avant de rejoindre à 18 ans l’atelier d’Arthur Siebelist, un célèbre artiste de Hambourg qui peignait en plein air et n’appartenait à aucune école. Il s’y fit rapidement une place, devint membre du Club des artistes hambourgeois et en 1884, à 20 ans, il stupéfiait le monde de l’art par ses compositions. Quelques années plus tard, le groupe d’artistes Die Brücke, à Dresde, s’intéressera également à lui.

Un Allemand à l’école des Français

(À g.) Franz Nölken, Jeanne, vers 1909, huile sur toile, collection privée ; (À dr.) Franz Nölken, Autoportrait, 1916, Aquarelle sur plume à l’encre brune, Hamburger Kunsthalle
(À g.) Franz Nölken, Jeanne, vers 1909, huile sur toile, collection privée ; (À dr.) Franz Nölken, Autoportrait, 1916, Aquarelle sur plume à l’encre brune, Hamburger Kunsthalle© Maison Ernst Barlach, Photo : Andreas Weiss / © Maison Ernst Barlach, Photo : Christoph Irrgang

Mais le jeune homme ne suivit pas la route toute tracée pour lui. Et ce sont les peintres français – impressionnistes, post- et néo-impressionnistes, nabis et fauves -  qui le firent changer de voie.

Il les découvrit pour la première fois à Hambourg chez le galeriste Paul Cassirer à l’aube du XXe siècle. Les toiles de Paul Cézanne, de Pierre-Auguste Renoir et d’Henri Matisse agirent immédiatement sur lui comme un aimant.

Au printemps 1907, Franz Nölken décida ainsi de se rendre à Paris avec deux compagnons pour plusieurs semaines. Il fréquenta les artistes du Café du dôme et dévora tout ce que la capitale française offre d’art pictural : le Louvre, la salle des impressionnistes au Musée du Luxembourg, le salon des indépendants, les marchands comme Vollard ou Durand-Ruel, les collections privées.

Il avait beau être déjà un artiste reconnu à Hambourg, Nölken décida de bifurquer et de se remettre à l’école : celle des maîtres français. Il revint à Paris en 1909 et 1910, et devint l’élève de Matisse. Sa peinture évolua : la toile fut regardée comme un organisme vivant, visant l’équilibre, elle se simplifia, respira une spiritualité nouvelle. Cet élan se poursuivit après le retour en Allemagne. Nölken se mit à peindre des paysages de la Westphalie avec une lumière vibrante rappelant Cézanne, des nus influencés par Matisse, des chevelures inspirées par Renoir et même des scènes où perçait l’influence de Picasso.

Ce sont ces œuvres, principalement peintes autour de 1910, que l’exposition réunit. 70 tableaux, dessins et gravures sont à découvrir.

A.L.


Paris im Sinn, Hommage an den Hamburger Franz Nölken (1884-1918)
(litt : Paris en tête, Hommage au Hambourgeois Franz Nölken (1884-1918))
Exposition à la Maison Ernst Barlach de Hambourg jusqu’au 17 février 2019

Plus d’informations :

Maison Ernst Barlach - Exposition « Paris im Sinn » (en allemand et anglais)

Retour en haut de page