Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le débat sur la restitution du patrimoine colonial s’intensifie en Allemagne

Trois bronzes du Bénin (Afrique de l’Ouest) exposés en février dernier au Musée de l’art et de l’artisanat de Hambourg.

Trois bronzes du Bénin (Afrique de l’Ouest) exposés en février dernier au Musée de l’art et de l’artisanat de Hambourg. Le musée a effectué des recherches pour connaître la provenance de ses collections et en a présenté le fruit dans une exposition. L’initiative reflète une préoccupation croissante des historiens et des musées allemands, © dpa

08.01.2019 - Article

Restituer les œuvres d’art spoliées pendant la colonisation ? L’idée, récemment suggérée en France au président Emmanuel Macron dans un rapport, fait aussi son chemin en Allemagne.

Jusqu’à une date récente, l’Allemagne avait presque oublié qu’elle avait jadis possédé un empire colonial. Entre 1880 et 1919, elle fut pourtant présente au Togo, au Cameroun, en Afrique sud occidentale, en Afrique orientale et en Océanie, et les collections de ses musées témoignent jusqu’à aujourd’hui des richesses de ces régions du monde. Comme en France, le débat s’intensifie aujourd’hui sur la nécessité de restituer ou non ces œuvres d’art spoliées durant la colonisation.

Le débat n’est plus tabou. Aux quatre coins du pays, il réunit des responsables politiques, des historiens et des directeurs de musées. Et les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour réclamer une restitution d’une ampleur plus importante que prévu. Jusqu’au plus haut niveau.

En effet, à la mi-décembre, la ministre allemande déléguée à la Culture, Monika Grütters, historienne d’art de profession, s’est elle-même prononcée en ce sens. « Nous attendons des musées et des collections qu’ils se montrent ouverts à la question d’une restitution des objets culturels » issus de la colonisation, a-t-elle écrit dans une tribune co-signée par Michele Müntefering, ministre adjointe à la politique culturelle étrangère. « L’Allemagne, et l’Europe doivent assumer leur histoire coloniale ».

Le château de Berlin, en cours de (re)construction, accueillera à partir de la fin de l’année le Forum Humboldt, un vaste centre culturel qui présentera notamment les collections d’ethnographie berlinoises.
Le château de Berlin, en cours de (re)construction, accueillera à partir de la fin de l’année le Forum Humboldt, un vaste centre culturel qui présentera notamment les collections d’ethnographie berlinoises. Sa prochaine ouverture contribue à alimenter le débat sur la restitution des œuvres d’art issues des anciennes colonies allemandes© dpa

C’est que le débat n’a pas de frontières. Fin novembre, le rapport rendu au président Macron par Bénédicte Savoy, historienne de l’art bien connue en Allemagne, et l’écrivain et professeur Felwine Sarr préconisant une restitution n’est pas passé inaperçu. À cela s’ajoute à Berlin la perspective de l’ouverture du Forum Humboldt à la fin de 2019. Ce vaste centre culturel, installé dans le château de Berlin reconstruit, doit accueillir de nombreuses collections de musées berlinois - dont les collections ethnographiques.

En attendant, les questions émergent, s’approfondissent et les initiatives concrètes commencent à se multiplier. L’an dernier, le Musée d’art et d’artisanat de Hambourg a exploré la provenance de ses collections et présenté le résultat de ses travaux dans une exposition. Plus récemment, le land de Bade-Wurtemberg a décidé la restitution d’objets du Linden-Museum de Stuttgart au gouvernement namibien. Et sur le plan politique, les représentants des länder et de l’État fédéral ont annoncé leur volonté de prendre officiellement position en mars prochain.  

A.L.

Plus d’informations :

Tribune de Monika Grütters, ministre déléguée à la Culture, et Michele Müntefering, ministre adjointe à la politique culturelle étrangère (en allemand)

Retour en haut de page