Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Jacques Offenbach à la fête

Exposition à Cologne : « Jacques Offenbach, De Cologne à Paris et jusqu’au bout du monde », jusqu’au 13 janvier 2019

Exposition à Cologne : « Jacques Offenbach, De Cologne à Paris et jusqu’au bout du monde », jusqu’au 13 janvier 2019, © Urban Media Project, Offenbach-am-Main

07.01.2019 - Article

Le French Cancan ? La Barcarolle des Contes d’Hoffmann ? C’est lui. L’invention de l’opérette, la bande son du Second Empire, encore lui. En 2019, Cologne célèbre les 200 ans du plus parisien des musiciens allemands : Jacques Offenbach.

De Cologne, il avait gardé le caractère particulier : plein d’esprit, plein de vie et en éternelle opposition à l’autorité. De Paris, il avait adopté la légèreté et le charme, l’esprit et la profondeur. Jacques Offenbach (1819-1880) est le plus français des musiciens allemands. Et le plus allemand des musiciens français. À l’occasion du bicentenaire de sa naissance, il sera à la fête en 2019, notamment dans sa ville natale.

Cologne lance une Année Offenbach. Elle propose un programme fourni mêlant concerts, théâtre, danse, expositions, lectures et débats. La ville des bords du Rhin, qui abrite la Société Jacques Offenbach, veut faire redécouvrir un musicien de génie. Car, tour à tour adulé et méprisé, « le Mozart des Champs-Élysées », comme l’avait surnommé Rossini, n’a jamais cessé de séduire un large public partout dans le monde. Mais plus rares sont ses admirateurs au-delà du « French Cancan » entraînant d’« Orphée aux Enfers » (1858) et de la « Barcarolle » des « Contes d’Hoffmann ».

Les Contes d’Hoffmann
Les Contes d’Hoffmann© Opéra de Cologne / Jung

Or, l’œuvre du maître regorge de joyaux : « La Belle-Hélène » (1864), « La Vie parisienne » (1866), « La Grande-Duchesse de Gerolstein » (1867), « La Périchole » (1868). Ils ressuscitent en quelques airs, en quelques scènes l’univers léger, mondain, étincelant du Second Empire. La fête impériale à son apogée a–t-elle eu plus brillant et plus profond chef d’orchestre qu’Offenbach, inventeur de l’opérette, créateur du Théâtre des Bouffes parisiens ? Sans parler de pièces moins connues qui n’ont rien perdu de leur frénésie ou de leur théâtralité.

La Guerre franco-prussienne de 1870 sifflera malheureusement la fin du bal. La vie d’Offenbach, comme celle de beaucoup d’émigrés allemands à Paris, a épousé la grande histoire franco-allemande. Violoniste et violoncelliste virtuose né à Cologne six ans après la fin de l’occupation française, arrivé à Paris à 14 ans pour se perfectionner et entrer au Conservatoire, naturalisé français en 1861, il avait fait de Paris le théâtre de sa vie et de son œuvre un carrefour entre l’Allemagne et la France. Mais de plus en plus attaqué sur ses origines allemandes, il voit son étoile pâlir. Il meurt le 5 octobre 1880 et est enterré au cimetière de Montmartre.
 
A.L.


Plus d’informations :

« Yes we cancan » - Site officiel de l'Année Jacques Offenbach 2019 (en allemand et (partiellement) en français)
Société Jacques Offenbach de Cologne (en allemand)
Opéra de Cologne (en allemand)

Retour en haut de page