Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : Berlin, caisse de résonances architecturales

(De g. à dr.) Frank Gehry, Walt Disney Concert Hall, Los Angeles (2003) ; Hans Scharoun, Philharmonie de Berlin (1963).

(De g. à dr.) Frank Gehry, Walt Disney Concert Hall, Los Angeles (2003) ; Hans Scharoun, Philharmonie de Berlin (1963)., © picture alliance/prisma / ZB - Fotoreport

17.12.2018 - Article

Au premier, on doit la silhouette moderne de la Philharmonie de Berlin, au second l’ovale de la salle de concert Pierre Boulez ouverte en 2017 par Daniel Barenboim. Comment Hans Scharoun a-t-il inspiré Frank Gehry, star de l’architecture contemporaine ?

La Fondation Louis Vuitton et la Cinémathèque française à Paris, le musée Guggenheim de Bilbao, le Ray and Maria Stata Center à Cambridge (USA), le bâtiment de la Deutsche Bank au centre de Berlin : on ne présente plus Frank Gehry. Avec ses bâtiments novateurs, tout en rupture et en mouvement, l’architecte américano-canadien émerveille les citadins du monde entier. En Allemagne, où il a beaucoup travaillé, une exposition s’interroge sur sa filiation avec l’Allemand Hans Scharoun (1893-1972), célèbre architecte de la Philharmonie de Berlin.

Elle est présentée jusqu’au 20 janvier 2019 à la Maison Max Liebermann de la Fondation de la Porte de Brandebourg. Elle s’intitule malicieusement «  Frank Gehry –Hans Scharoun : Strong Resonances / Zusammenklänge  ». Il y est, en effet, beaucoup question des liens étroits que les deux architectes ont entretenus avec le monde de la musique. Frank Gehry n’a-t-il pas signé en 2017 la salle Pierre Boulez, cœur battant de l’Académie Barenboim-Said ouverte à Berlin par le chef d’orchestre Daniel Barenboim ? Et en 2003, le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles ?

La salle Pierre Boulez de l’Académie Barenboim Said, inaugurée en 2017, est la dernière création en date de l’architecte américano-canadien Frank Gehry à Berlin
La salle Pierre Boulez de l’Académie Barenboim Said, inaugurée en 2017, est la dernière création en date de l’architecte américano-canadien Frank Gehry à Berlin© dpa

De Berlin à Los Angeles

C’est sur cette création, vieille de quinze ans, que les concepteurs de l’exposition s’appuient pour dévoiler les «  fortes résonances  » qui relient Frank Gehry à Hans Scharoun. La juxtaposition d’un cliché du bâtiment de Los Angeles avec une photo de la Philharmonie de Berlin (photo) est éloquente. Construits à 40 ans de distance, les deux édifices semblent se refléter, se parler, voire se défier par-dessus l’Atlantique.

Pour les commissaires, les choses sont claires : l’approche expressionniste utilisée par Scharoun a inspiré le langage des formes déconstructivistes qui est devenu la marque de fabrique de Gehry, son cadet de 36 ans.

De fait, en édifiant la Philharmonie en 1963 dans un Berlin écorché vif par la construction du Mur deux ans plus tôt, Hans Scharoun a inventé un style de salle de concert entièrement nouveau. Il ne s’est pas contenté de créer une esthétique particulière à l’intérieur. Il a conçu un bâtiment qui rayonne vers l’extérieur et qui marque fortement de son empreinte le paysage urbain.

Et c’est bien de ce modèle que Frank Gehry s’est inspiré à Los Angeles en 2003, souligne Maristella Casciato, l’une des commissaires de l’exposition. On le voit «  à travers ces deux bâtiments en particulier, les parallèles vont bien au-delà du style et de la fonction. Les deux architectes font preuve l’un et l’autre d’une compréhension profonde de la place qu’un monument vient prendre au sein de la ville et au sein de sa culture, et ils la mettent en valeur  ». Comme la Philharmonie dans le Berlin des années 1960, le Walt Disney Concert Hall a fortement contribué à revaloriser certains pans du centre-ville de Los Angeles.

Au-delà de ces «  résonances  », l’exposition s’intéresse aussi à des aspects particuliers, et souvent méconnus des travaux de Hans Scharoun et de Frank Gehry à Berlin. Parmi les pièces les plus rares figurent des aquarelles de Scharoun que l’on peut qualifier de visionnaires, ainsi que des esquisses et maquettes issues du bureau de Frank Gehry à Santa Monica. On y découvre notamment les propositions  faites par l’architecte lors du concours d’architecture pour la rénovation de l’Île-aux-musées, au centre de Berlin (1994-1997). Cette maquette n’avait encore jamais été dévoilée dans le cadre d’une exposition.

A.L.

Plus d’informations :

Fondation de la Porte de Brandebourg (en anglais et allemand)

Retour en haut de page