Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Cinéma : crises et espoirs d’un monde en mutation

Cérémonie d’ouverture du Festival international du film documentaire DOK Leipzig

Cérémonie d’ouverture du Festival international du film documentaire DOK Leipzig, © DOK Leipzig/ Susann Jehnichen

30.10.2018 - Article

La 61e édition du Festival international du film documentaire et d’animation de Leipzig (DOK Leipzig) plonge jusqu’à dimanche dans les entrailles des grands bouleversements de l’histoire, entre ruptures et espoirs.

Le festival DOK Leipzig s’est ouvert hier sur un documentaire de Werner Herzog et André Singer consacré à l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev
Le festival DOK Leipzig s’est ouvert hier sur un documentaire de Werner Herzog et André Singer consacré à l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev© DOK Leipzig/ Lena Herzog

La Perestroïka, la chute du mur de Berlin, la fin de l’URSS… À la fin des années 1980, le XXe siècle vivait sa dernière grande révolution. Trente ans plus tard, l’un de ses principaux acteurs, l’ancien dirigeant soviétique réformateur Mikhaïl Gorbatchev, a inspiré à Werner Herzog et à André Singer, « Meeting Gorbatchev », un portrait documentaire appuyé sur une suite d’entretiens. Le film a été présenté hier en ouverture du 61e Festival international du film documentaire et d’animation de Leipzig (DOK Leipzig).

« Meeting Gorbatchev » donne le ton à tout le festival. Cette 61e édition s’intéresse aux grands bouleversements de l’Histoire et aux espoirs qu’ils suscitent d’hier à aujourd’hui. Nous voilà soudain propulsés à la frontière américano-mexicaine, dans les arcanes du terrorisme xénophobe du groupuscule NSU en Allemagne, aux côtés des livreurs à vélo qui hurlent à l’exploitation sur le pavé parisien ou revenus aux heures fastes de 1968 et de la libération sexuelle.

Un regard critique

Les réalisateurs de ces documentaires ont le courage de poser sur le monde un regard critique, a souligné la directrice du festival, Leena Pasanen. Ils refusent de se résigner « à ce que leurs pays d’origine deviennent des lieux dans lesquels ils n’ont plus envie de vivre ».

« Dans un monde où survivre dépend de l’action collective et du renoncement aux intérêts particuliers, nous avons besoin de débats constructifs et d’un dialogue productif encouragés à l’échelon local, national et au-delà des frontières », a ajouté la ministre des Sciences et des Arts du land de Saxe.

DOK Leipzig y pourvoit en proposant jusqu’à dimanche 306 films de 50 pays, sélectionnés parmi près de 3 000 contributions. 160 d’entre eux (121 documentaires et 39 films d’animation) sont engagés dans la sélection officielle. Ils sont en concurrence pour remporter une Colombe d’or, une Colombe d’argent ou l’un des 22 prix qui seront décernés au cours du prochain week-end.

Les lauréats se partageront cette année un montant de 78 000 €. Et il y a des chances que plusieurs soient des lauréates. Car pour la première fois, DOK Leipzig a imposé un quota de 40 % de réalisatrices dans la sélection. Un quota qui a même été dépassé dans la sélection de films allemands.

A.L.

Plus d’informations :

Festival international du film documentaire de Leipzig (en anglais et allemand)

Retour en haut de page