Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Exposition : Paris réinventé par les artistes allemands

Vue de la Tour Eiffel en hiver depuis le Trocadero

Vue de la Tour Eiffel en hiver depuis le Trocadero, © AFP

14.06.2018 - Article

Heine, Rilke, Jünger, Benjamin, Handke… Nombre d’intellectuels et d’artistes de langue allemande ont contribué à forger le « mythe » de Paris. À Marbach, une exposition part sur leurs traces à travers la ville.

Paris ! Capitale de l’amour et ville lumière, symbole de liberté et capitale du luxe, phare de la modernité et cœur battant des avant-gardes, métropole trépidante et refuge rêvé des intellectuels… Quelle fascination la capitale française n’exerce-t-elle pas sur les artistes et les intellectuels du monde entier ? À commencer par les Allemands, si nombreux à s’y être installés pour un jour ou pour toujours. En retour, ils ont eux-mêmes participé à la construction du « mythe » de Paris. Une exposition qui ouvre ses portes aujourd’hui au Musée de la littérature moderne de Marbach-am-Neckar, près de Stuttgart, invite à cheminer sur leurs traces.

Vue de l‘exposition „Die Erfindung von Paris“ présentée du 14 juin 2018 au 31 mars 20109 au Musée de la littérature moderne de Marbach am Neckar (sud-ouest de l’Allemagne)
Vue de l‘exposition „Die Erfindung von Paris“ présentée du 14 juin 2018 au 31 mars 20109 au Musée de la littérature moderne de Marbach am Neckar (sud-ouest de l’Allemagne)© dpa

« Die Erfindung von Paris » (« L’invention de Paris »), c’est son titre, présente jusqu’au 31 mars 2019 un bel ensemble de 500 objets, manuscrits et photographies. On y croise bien sûr Heinrich Heine (1797-1856), le pionnier, sans doute le premier Allemand à expliquer la France à ses compatriotes. Marié à une Française et Parisien pendant 25 ans à partir de 1840, il se reconnaissait dans un proverbe : « Quand le Bon Dieu d’ennuie au ciel, il ouvre la fenêtre et regarde les boulevards de Paris ».

Mais c’est surtout sur le XXe siècle que l’exposition se concentre. On croise Rainer Maria Rilke, Walter Benjamin, Kurt Tucholsky, Franz Hessel, Ernst Jünger, Paul Celan et l’Autrichien Peter Handke. Mais aussi une pléiade de célèbres photographes : Yvon, Mario von Bucovich, Germaine Krull, Georg Stefan Troller, Barbara Klemm. C’est l’une des forces de cette exposition : elle marie le texte et les images, et montre leurs interactions dans la constitution d’un « mythe », ou du moins d’une représentation collective de Paris.

Les commissaires, Ellen Strittmatter et Susanna Brogi, ont, en outre, eu la bonne idée d’organiser l’exposition comme une promenade à travers la ville, dans la grande tradition de la flânerie chère aux écrivains. On découvre ainsi comment chaque artiste est entré en dialogue avec Paris, mais aussi plus largement avec la littérature et les écrivains français.

Chacun avait, en effet, sa démarche, son pas et son style que l’exposition résume à travers des verbes : « découvrir » (Heine), « faire une expérience » (Rilke), « déconcerter » (Benjamin), « marcher fièrement » (Claire Goll), « avancer » (Yvan Goll), « suivre les méandres » (Jünger) ou encore « avoir une vision panoramique » (Krakauer).

On (re)découvre ainsi le Paris des avenues et des passages, le Paris des exilés de l’entre-deux-guerres et des expositions universelles, etc. Bref, une ville aussi grouillante, voire inquiétante que bouillonnante et chatoyante. « Un laboratoire de la modernité », résume le directeur du Musée de la littérature moderne, Ulrich Raulff.

A.L.

Die Erfindung von Paris/ L’invention de Paris

Du 14 juin 2018 au 31 mars 2019

Literaturmuseum der Moderne, Marbach (Bade-Wurtemberg)

Catalogue Die Erfindung von Paris. Édité par Susanna Brogi et Ellen Strittmatter. 352 pages, Marbach am Neckar, Deutsche Schillergesellschaft, 2018.

Plus d’informations :

Musée de la littérature moderne (en allemand)

Retour en haut de page