Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Deutsche Welle : informer dans un monde en crise

06.06.2018 - Article

La chancelière Angela Merkel a apporté mardi son soutien au développement de la Deutsche Welle, média d’information allemand à l’international qui fête ses 65 ans.

Angela Merkel :  La Deutsche Welle incarne un incarne un journalisme sérieux, une information fiable et une couverture médiatique objective
Angela Merkel : " La Deutsche Welle incarne un incarne un journalisme sérieux, une information fiable et une couverture médiatique objective "© picture alliance / Photoshot

Lorsqu’elle a commencé à émettre, trois heures par jour, en mai 1953, ce n’était qu’une modeste station de radio publique en allemand dans un pays divisé, occupé et à reconstruire. Son rôle : être la « voix de l’Allemagne » dans le monde – entendez celle de la République fédérale dans un contexte dominé par la Guerre froide. Soixante-cinq ans plus tard, la Deutsche Welle (DW) fête son anniversaire. Elle se décline sur tous les supports (radio, télévision, plateforme multimédia sur Internet, réseaux sociaux). Et elle se porte mieux que jamais. Le gouvernement allemand a même l’intention de la renforcer.

Berlin entend en effet consolider la place de l’information « sérieuse, fiable et objective » dans un monde où prolifèrent les fake news, le populisme, ainsi que la censure et la propagande politiques. C’est ce qu’a expliqué la chancelière Angela Merkel lors d’une cérémonie d’anniversaire mardi à Berlin.

L’arme de l’information face à la censure et à la propagande

« À une époque où la désinformation et l’invention de faits sont systématiquement utilisées à des fins politiques », a-t-elle souligné, à une époque où de nombreux pays développent leur canaux audiovisuels à l’étranger comme la Chine ou la Russie, la DW a un rôle de plus en plus important à jouer.

Près de 3400 personnes d’une soixantaine de nationalités travaillent pour la DW, pour la plupart entre les deux sites de la chaîne : à Bonn (photo) et Berlin. Mais le nombre de correspondants dans le monde, et notamment en Afrique, est en plein essor
Près de 3400 personnes d’une soixantaine de nationalités travaillent pour la DW, pour la plupart entre les deux sites de la chaîne : à Bonn (photo) et Berlin. Mais le nombre de correspondants dans le monde, et notamment en Afrique, est en plein essor© dpa

L’ambition est inscrite dans le contrat de coalition qui lie les partis du gouvernement. De nombreux députés, conscients de l’importance de mettre en valeur la vision allemande et européenne du monde, ainsi que d’œuvrer pour la liberté et la démocratie, apportent également un soutien politique au projet.

Mais comme l’a dit l’intendant de la DW, Peter Limburg, le soutien politique n’est pas suffisant : les moyens financiers doivent suivre. Or, justement, cela est prévu. La DW, qui est majoritairement financée par le contribuable allemand, devrait voir son budget (325 millions d’euros en 2017) augmenter pour atteindre un niveau comparable à celui de Radio France Internationale (RFI) et de BBC World.

M. Limburg a ainsi évoqué la possible création d’une chaîne de télévision en langue turque. L’objectif sera en tout cas d’informer toujours plus de gens, en particulier dans les pays où règnent la censure et la propagande.

Aujourd’hui, la DW propose des contenus dans une trentaine de langues, de l’allemand au swahili en passant par le français, l’espagnol ou l’arabe. Elle atteint - tous médias confondus - 157 millions de personnes par semaine dans le monde. À cela s’ajoute un travail de formation. L’Académie de la DW (DW Akademie) forme un grand nombre de journalistes partout dans le monde.

A.L.

 

Plus d’informations :

Deutsche Welle (en français, allemand et plus de trente langues)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Retour en haut de page