Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

La vitrine du théâtre de langue allemande

„Am Königsweg“ d‘Elfriede Jelinek, mise en scène de Falk Richter au Deutsches Schauspielhaus Hamburg. Anne Müller, Benny Claessens, Tilman Strauß, Frank Willens © Arno Declair

„Am Königsweg“ d‘Elfriede Jelinek, mise en scène de Falk Richter au Deutsches Schauspielhaus Hamburg. Anne Müller, Benny Claessens, Tilman Strauß, Frank Willens., © Arno Declair

07.05.2018 - Article

Du 4 au 21 mai, les 55e Rencontres théâtrales de Berlin réunissent les dix meilleures mises en scène de la saison en Allemagne, Autriche et Suisse alémanique.

Vivante, critique, ludique et puissante : telle est la scène de langue allemande en 2017-2018. Les 55e Rencontres théâtrales de Berlin en présentent jusqu’au 21 mai les dix plus grandes réussites, de Hambourg à Munich et de Bâle à Vienne.

C’est la scène berlinoise qui a ouvert le bal. Et non sans majesté. Frank Castorf, qu’on ne présente plus, a donné en ouverture du festival sa version du non moins fameux Faust de Johann W. Goethe. Une mise en scène marathon de sept heures qui s’est achevée sur un tonnerre d’applaudissements pendant dix bonnes minutes. Il faut dire qu’une légende de la scène berlinoise qui s’attaque à une légende du théâtre allemand en guise d’adieu après un quart de siècle passé à la tête de la Volksbühne, c’est plutôt rare.

Un autre enfant terrible de la scène allemande a relevé ce premier week-end décidément très pimenté : Thomas Ostermeier. Le metteur en scène de la Schaubühne de Berlin (et habitué du Festival d’Avignon) a présenté une adaptation de l’ouvrage du sociologue français Didier Éribon, Retour à Reims. L’auteur y évoque le monde ouvrier de son enfance et son ascension sociale tout en associant à son récit intime une réflexion collective sur les classes, le système scolaire, la fabrication des identités, la sexualité, la politique, le vote et la démocratie. La version scénique est portée par le talent de la comédienne Nina Hoss.

„Woyzeck“, de Georg Büchner, mise en scène d’Ulrich Rasche au Theater Basel. Nicola Mastroberardino et la troupe © Sandra Then
„Woyzeck“, de Georg Büchner, mise en scène d’Ulrich Rasche au Theater Basel. Nicola Mastroberardino et la troupe.© Sandra Then

Huit autres pièces feront les beaux jours de ces Rencontres théâtrales jusqu’au 21 mai : Woyzeck de Georg Büchner (mis en scène par Ulrich Rasches à Bâle), Am Könisgweg d’Elfride Jelinek (mis en scène au Deutsches Schauspielhaus de Hambourg par Falk Richter) ou encore Mittelreich (mis en scène aux Münchner Kammerspiele par Anata Helena Recke).

Le festival a aussi été l’occasion de récompenser la réalisatrice Karin Henkel, qui a reçu le Prix du théâtre de Berlin. Elle a reversé les 20 000 euros du prix au projet « Back to life » de l’association Háwar Help, qui vient en aide aux femmes Yézidies victimes de Daech.


A.L.

 

Plus d’informations :

Site web des 55e Rencontres théâtrales de Berlin (en allemand)

Les dix spectacles de la sélection 2018 (en allemand)

Blog des 55e Rencontres théâtrales (en allemand)

Retour en haut de page