Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

En quête d’utopie

Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin © Laura Fiorio/HKW

Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin, © Laura Fiorio/HKW

17.04.2018 - Article

Comment l’avant-garde artistique de l’entre-deux-guerres a-t-elle réagi aux multiples crises de la modernité ? C’est ce que dévoile la Maison des cultures du monde, à Berlin, dans une exposition aux échos très contemporains

Ils ont vécu le séisme de la Première Guerre mondiale, vu les convulsions du capitalisme financier charrier la misère, assisté à la naissance de la société de masse qui broie l’individu et brise les liens sociaux, redouté les chimères impérialistes et éprouvé l’effet déstabilisant des disruptions technoscientifiques sur leur pensée. Ils pourraient presque être nos contemporains. Ils partagent en tout cas avec beaucoup d’hommes du début du XXIe siècle le sentiment de vivre à une époque qui n’est pas la bonne. Pour y échapper, les artistes d’avant-garde de l’entre-deux-guerres ont cherché à refonder l’histoire de l’humanité à partir d’un « ailleurs » historique ou géographique. La Maison des cultures du monde, à Berlin, leur consacre une exposition.

Paul Klee, (Métamorphoses:) La déchéance du serpent biblique, 1940, 34,2 x 49,3 cm. Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin
Paul Klee, (Métamorphoses:) La déchéance du serpent biblique, 1940, 34,2 x 49,3 cm. Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin© Zentrum Paul Klee, Bildarchiv, Bern

Elle rassemble jusqu’au 9 juillet 180 œuvres d’art et 600 documents d’archives. Des toiles, des dessins, des textes philosophiques et des films nés de l’imagination de personnalités très diverses (dont beaucoup seront persécutées par les nazis pour « art dégénéré ») : Jean Arp, Paul Klee, Willi Baumeister, Sergei Eisenstein, Max Ernst, T. Lux Feininger ou Paule Vézelay.

 

Art, politique ethnologie face aux crises de la modernité

Leurs œuvres offrent un panorama contrasté. Elles illustrent la façon dont on a réagi aux crises de la modernité à Berlin, Paris et Prague entre 1920 et 1940. De nombreux documents d’archives les accompagnent. L’exposition est, en effet, adossée à un projet de recherche qui donnera lieu à une conférence et à une publication fin mai. Il s’agit de faire apparaître une tendance de fond : la convergence des réflexions artistiques, politiques, philosophiques, mais aussi les apports de l’ethnologie naissante, de la psychologie et des sciences naturelles.

Paule Vézelay, Drapeaux d'Hiver, 1930, Huile sur toile, 96,5 x 146 cm. Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin
Paule Vézelay, Drapeaux d'Hiver, 1930, Huile sur toile, 96,5 x 146 cm. Exposition „Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930“ à Berlin © Estate of Paule Vézelay, Foto courtesy England & Co gallery, London.

Le fil conducteur de cet ensemble foisonnant est la recherche inlassable des origines, et la tentative de reconstruire un point de départ alternatif, une « époque zéro » enracinée dans l’utopie, le récit ou l’idéologie.

Carl Einstein et « l’enfance néolithique »

Le titre de l’exposition, « Neolithische Kindheit » (lit. Enfance néolithique) est un emprunt et un hommage à l’écrivain et historien d’art trop vite oublié Carl Einstein (1885-1949). Dans un essai éponyme, cet Allemand qui vécut de 1922 à sa mort en France analyse la sculpture de Jean Arp comme la répétition d’un jeu d’enfant rituel, semblable à un rituel « préhistorique ». Il montre que la naissance de l’œuvre d’art échappe à toute catégorisation historique, à toute norme et à tout jugement de valeur lié à son origine culturelle.

Carl Einstein s’était fait connaître dès 1915 par un essai, La sculpture nègre, et par divers écrits sur l’«art nègre », qu’il tentait d’appréhender sans a priori pour en saisir la pure plastique.  Lié à nombre d’intellectuels et d’artistes du milieu parisien, il fut l’un des principaux découvreurs de l’art africain en Europe. Ses jugements pénétrants exprimés dans un style direct, voire aphoristique lui ont valu une grande renommée dans l’entre-deux-guerres. Des jugements en rupture avec la mentalité colonialiste et euro-centrée de son temps, mais qui sont, aujourd’hui, plus actuels que jamais.

A.L.

Neolithische Kindheit. Kunst in einer falschen Gegenwart, ca. 1930 (Enfance néolithique. L’art dans un présent erroné, vers 1930)

Exposition à la Maison des Cultures du monde de Berlin jusqu’au 9 juillet 2018

Et conférence les 26 et 27 mai.

Plus d’informations:

Maison des cultures du monde, Berlin (en allemand)

Société Carl Einstein (en allemand)

Écrits de Carl Einstein (en allemand)

Retour en haut de page