Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

OCDE : l’école allemande au tableau d’honneur

L’OCDE a dévoilé ce matin à Berlin les résultats de sa dernière étude « Regards sur l’éducation ». L’Allemagne reçoit plusieurs bons points, notamment pour ses investissements dans l’éducation des enfants d’âge préscolaire

L’OCDE a dévoilé ce matin à Berlin les résultats de sa dernière étude « Regards sur l’éducation ». L’Allemagne reçoit plusieurs bons points, notamment pour ses investissements dans l’éducation des enfants d’âge préscolaire, © dpa

10.09.2019 - Article

Relève nombreuse dans les disciplines scientifiques et techniques, accès à la formation professionnelle et continue, dépenses éducatives : dans sa dernière livraison, l’enquête de l’OCDE « Regard sur l’éducation » décerne un satisfecit au système éducatif allemand.

Où va l’école allemande ? Plutôt dans la bonne direction, estiment les experts de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Dans la dernière livraison de leur enquête annuelle « Regard sur l’éducation », présentée ce matin à Berlin, ils lui décernent une série de bonnes notes à presque tous les niveaux, du jardin d’enfants à la formation continue.

Leur premier coup de chapeau salue les dépenses d’éducation des enfants d’âge préscolaire. En 2017, l’Allemagne consacrait aux tout-petits de moins de trois ans 34 % d’argent de plus que les autres pays examinés (45 États, dont 36 de l’OCDE), et aux bambins de trois à cinq ans 21 % de plus. Soit respectivement 16 169 $ (14 650 €) et 10 101 $ (9 150 €) par an et par enfant.

À l’échelle du système tout entier, l’Allemagne investit un peu moins que la moyenne dans l’éducation de sa jeunesse (4,2 % de son produit intérieur brut (PIB) contre 5 % en moyenne). Mais elle gère « efficacement » ses dépenses éducatives, nuancent immédiatement les auteurs.

Seul bémol : l’école primaire, parent pauvre du système. Or, c’est d’autant plus dommage, souligne l’OCDE, que c’est à cet âge que les écarts liés à l’origine sociale se compensent le mieux, et que le rendement éducatif est donc le plus élevé.

Plus de diplômes et une relève scientifique abondante

Les Allemands sont les champions de études scientifiques et techniques, selon l’OCDE. 40 % des nouveaux inscrits à l’université choisissent une filière mathématique, scientifique ou technique, contre 27 % en moyenne dans l’OCDE
Les Allemands sont les champions de études scientifiques et techniques, selon l’OCDE. 40 % des nouveaux inscrits à l’université choisissent une filière mathématique, scientifique ou technique, contre 27 % en moyenne dans l’OCDE© dpa

Pour le reste, ce ne sont que des bonnes notes ou presque. En 2018, l’Allemagne comptait 32% de diplômés de l’enseignement supérieur contre 24% dix ans plus tôt. Le chiffre grimpe même à 44 % parmi les 25-34 ans (contre 35% en 2008).

Mieux encore : l’Allemagne est la championne du monde des études scientifiques. 40 % des jeunes qui y rejoignent l’université (ou un équivalent) s’inscrivent dans une filière scientifique (mathématique, sciences physiques ou sciences naturelles) ou technologique. C’est une proportion très supérieure à la moyenne de l’OCDE (27 %). Aucun autre pays n’arrive  à attirer autant de jeunes dans ces cursus.

Or, c’est justement un enjeu capital, avertissent les experts de l’OCDE. L’enquête met en avant un constat à l’échelle internationale : la formation, l’éducation, les études n’ont jamais été aussi rentables. En Allemagne, 88 % des jeunes adultes (25-34 ans) titulaires d’un master (ou équivalent) et 84 % des titulaires du bac ou d’un diplôme professionnel ont un emploi. La rémunération augmente avec le niveau d’études.

Et le phénomène va s’amplifier. La révolution numérique commence à bouleverser le marché du travail. Elle renforce les besoins en main-d’œuvre qualifiée. Et les emplois qu’elle va détruire sont plutôt ceux qui ne requièrent pas de qualification, rappelle l’OCDE.

Les salariés allemands semblent d’ailleurs l’avoir compris. Plus d’un sur deux s’est d’ores et déjà engagé dans une démarche de formation tout au long de la vie, comme le montre l’enquête.

A.L.

Plus d’informations :

OCDE, Enquête « Regard sur l’éducation » :
Le rapport complet de l'édition 2019 sur l'Allemagne (pdf en allemand)
Rapport 2019 : L’enseignement supérieur doit intensifier ses efforts pour préparer les étudiants au monde de demain (en français)
Les dernières enquêtes « Regard sur l'éducation » (en français/ en allemand pour la note sur l'Allemagne)

Gouvernement allemand :
Ministère allemand de l'Éducation et de la Recherche (en allemand)

Retour en haut de page