Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Berlin injecte 500 millions d’euros supplémentaires dans la recherche sur les batteries

Les batteries seront demain une technologie clé pour développer quantité de produits industriels, notamment les véhicules électriques

Les batteries seront demain une technologie clé pour développer quantité de produits industriels, notamment les véhicules électriques, © picture alliance

29.01.2019 - Article

Transition énergétique, smartphones, ordinateurs portables, industrie et surtout voiture électrique : la technologie des batteries sera l’une des clés pour être compétitif demain. L’Allemagne accélère le développement d’une production «  made in Germany  ».

Le gouvernement allemand va débloquer 500 millions d’euros supplémentaires pour soutenir la recherche et développement sur les batteries électriques au cours des quatre prochaines années. «  L’objectif est de parvenir à une production industrielle d’éléments de batterie qui soit compétitive en Allemagne  », a annoncé la ministre de l’Éducation et de la Recherche, Anja Karliczek. Le ministre de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, avait déjà annoncé son intention de consacrer un milliard d’euros d’ici 2025 au soutien à la production de batteries.

Recherche sur les batteries au centre MEET de Münster (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)
Recherche sur les batteries au centre MEET de Münster (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)© dpa

L’enjeu est essentiel pour l’Allemagne et pour l’Europe. Il s’agit d’accroître les capacités de production, a expliqué Mme Karliczek. Car «  aujourd’hui, si vous voulez acheter une cellule de batterie lithium-ion, vous devez la commander en Asie. En 2017, plus de 90 % de ces cellules provenaient de Chine, de Corée et du Japon. Cela veut dire que nous sommes dépendants de l’Asie  ».

Pour Berlin, il est donc urgent d’assurer la souveraineté technologique de l’Allemagne (et de l’Europe) dans ce domaine. Car les batteries équipent des produits et applications clés : les véhicules électriques, les smartphones, les téléphones portables, les appareils de haute puissance et de nombreuses outils industriels.

Les 500 millions d’euros supplémentaires serviront à soutenir l’ensemble de la chaîne de valeur, de la recherche sur les nouveaux matériaux à la conception et à la commercialisation. Ils alimenteront des programmes déployés au fil des années pour tester de nouveaux matériaux (initiative Excellent Battery, depuis 2012) et développer des partenariats et grappes de recherche, notamment à travers le programme ProZell qui regroupe 22 institutions de recherche depuis 2016. L’objectif est d’accélérer la commercialisation de batteries de haute technologie «  made in Germany  ».

A.L. 

Plus d’informations :

Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Retour en haut de page