Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Prisonniers des glaces pour étudier le climat

Recherches sur le climat effectuées en Arctique par les scientifiques de l’Institut Alfred Wegener de Bremerhaven

Recherches sur le climat effectuées en Arctique par les scientifiques de l’Institut Alfred Wegener de Bremerhaven, © Alfred-Wegener-Institut

24.10.2018 - Article

À l’automne 2019, une incroyable expédition partira de Bremerhaven pour aller étudier le climat au centre de l’Arctique. Les scientifiques de 17 pays resteront prisonniers des glaces pendant un an dans une région particulièrement inhospitalière.

L’« Étoile polaire » porte bien son nom. Dans moins d’un an, ce célèbre brise-glace allemand ira déchirer le désert glacé de la nuit arctique. À Bremerhaven, son port d’attache, une mission scientifique aussi importante que spectaculaire se prépare. Avec un objectif : récolter des données essentielles pour comprendre le fonctionnement du climat global.

Une aventure inédite à travers l’Arctique

Recherches sur le climat effectuées en Arctique par les scientifiques de l’Institut Alfred Wegener de Bremerhaven
Recherches sur le climat effectuées en Arctique par les scientifiques de l’Institut Alfred Wegener de Bremerhaven© Awi

La méthode sort de l’ordinaire. L’Étoile polaire (Polarstern) quittera les côtes allemandes pour aller se laisser emprisonner dans les glaces de l’Arctique et traverser toute la région en dérivant avec la banquise. Seul le Norvégien Fridtjof Nansen avait tenté une telle aventure il y a 125 ans. La mission parcourra quelque 2 500 kilomètres en 350 jours, à partir de l’automne 2019. Une bonne partie se déroulera dans l’obscurité de la nuit polaire, sans le moindre rayon de soleil et dans un froid glacial. Même les brise-glaces les plus modernes, ne parviennent pas à traverser cette région durant les mois d’hiver.

C’est d’ailleurs ce qui motive le projet. « L’Arctique influe étroitement sur la météo que nous connaissons sous nos latitudes », explique Markus Rex, chercheur allemand de l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine qui dirigera la mission, baptisée MOSAIC. Mais son centre est tellement difficile à traverser que l’on n’a jamais pu y effectuer des mesures en hiver.

17 pays, des dizaines de scientifiques

Aujourd’hui, ces données essentielles manquent pour comprendre l’évolution du climat. « Nous ne serons pas en mesure de prédire l’évolution de celui-ci si nous n’obtenons pas de prévisions fiables pour l’Arctique », dit Markus Rex. « Aucune autre région du globe ne s’est réchauffée aussi vite au cours des dernières décennies », ajoute-t-il. L'Arctique est « pour ainsi dire l’épicentre du réchauffement global ».

À bord de l’Étoile polaire, le physicien embarquera des dizaines de scientifiques de  17 pays. 600 personnes se relaieront à bord toutes les six à douze semaines. Une centaine de personnes, des scientifiques et des membres d’équipage, sera présente en permanence sur le bateau bourré de matériel et d’équipements. Des avions assureront le ravitaillement. Mais les participants le savent : entre le froid, l’obscurité et la présence d’ours polaires, une préparation  particulière est nécessaire. Ils y travaillent d’arrache-pied.
A.L.

Plus d’informations :

Site web de l'expédition MOSAIC (en anglais et allemand)

Retour en haut de page