Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Numérique : Berlin lance une « offensive pour la qualification »

Le robot Pepper lors d’une présentation en mars dernier à Berlin

Le robot Pepper lors d’une présentation en mars dernier à Berlin, © dpa-Zentralbild

20.09.2018 - Article

Le gouvernement allemand vient d’adopter un projet de loi pour adapter le monde du travail à l’ère du numérique, notamment en encourageant la Formation.

Le gouvernement allemand a adopté mercredi en conseil des ministres un projet d’« offensive pour la qualification ». Il entend ainsi encourager plus activement les salariés à se former aux nouvelles exigences du monde du travail. Avec la révolution du numérique, « un emploi sur quatre pourrait se voir automatisé au cours des prochaines années », met en garde le ministre du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil.

Numérique et nouvelles formes d’activité

Le gouvernement allemand renforce son soutien à la formation continue des salariés face aux défis du numérique
Le gouvernement allemand renforce son soutien à la formation continue des salariés face aux défis du numérique© dpa-Zentralbild

Le projet de loi ouvre l’accès à la formation continue à tous les salariés touchés par les mutations liées au numérique indépendamment de leur âge, de leur niveau de qualification et de la taille de leur entreprise. Il crée de nouvelles possibilités de co-financement pour les entreprises et développe l’offre de conseil proposée par les services de l’emploi.


Simultanément, Berlin facilite l’accès aux indemnités de chômage pour les salariés qui enchaînent les contrats de courte durée. « C’est une réaction à l’émergence de nouvelles formes d’activité », a expliqué M. Heil. Il faudra dorénavant avoir cotisé pendant douze mois au cours des 30 derniers mois pour être indemnisé, au lieu de 24 mois sur 30 actuellement.

Enfin, le conseil des ministres a entériné la réduction du taux de cotisation à l’assurance-chômage, dont les comptes sont excédentaires. « Nous baissons ce taux à 2,6 % [au lieu de 3,0 %] de manière durable par la loi, et de 0,1 point supplémentaire par ordonnance jusqu’en 2022 », a indiqué M. Heil.

Le taux de cotisation à l’assurance-chômage retombera ainsi à 2,5 % au 1er janvier 2019. Cela représente une économie de près de six milliards d’euros pour les salariés et leurs employeurs. Depuis 2005, ce taux a été divisé en Allemagne par plus de deux.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Retour en haut de page