Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

La conduite automatisée, du virtuel au réel

Dresde est l’une des villes qui vont servir de zone d’essai pour le développement de la conduite automatisée en Allemagne

Dresde est l’une des villes qui vont servir de zone d’essai pour le développement de la conduite automatisée en Allemagne, © dpa-Zentralbild

25.06.2018 - Article

Dresde s’apprête à tester des véhicules à conduite automatisée. L’objectif est d’adapter ces derniers à l’environnement complexe d’un centre-ville. Pays de l’automobile, l’Allemagne fait partie des pionniers de ce nouveau mode de déplacement.

Déjà testée sur autoroute depuis quelques années entre Nuremberg et Munich, la voiture à conduite automatisée fait son entrée dans les villes d’Allemagne. Dresde s’apprête à lui réserver trois couloirs équipés et connectés, dont l’un près de l’aéroport. L’objectif est de tester le véhicule dans un environnement urbain complexe pour le rendre apte à une conduite en toute sécurité.

L’Allemagne est en pointe dans les recherches sur les véhicules permettant la conduite automatisée, de la simple assistance à la voiture autonome. De son côté, le gouvernement allemand a adopté la législation la plus innovante au monde pour encourager leur développement
L’Allemagne est en pointe dans les recherches sur les véhicules permettant la conduite automatisée, de la simple assistance à la voiture autonome. De son côté, le gouvernement allemand a adopté la législation la plus innovante au monde pour encourager leur développement© dpa

La capitale de la Saxe est l’une des sept régions choisies à l’échelle nationale pour expérimenter en grandeur nature les véhicules à conduite automatisée. La particularité, à Dresde, est que les tests se feront au milieu de la circulation quotidienne, dans les conditions de circulations complexes du centre-ville, a expliqué à la radio MDR le chercheur Jürgen Krimmling, spécialiste des systèmes de conduite automatisés et membre de l’Institut Fraunhofer pour les systèmes de transports et d’infrastructures (ISI) qui pilote l’expérience.

Aucun danger pour les automobilistes, cyclistes et piétons de Dresde toutefois. « Un conducteur sera présent dans chaque véhicule test. Il pourra intervenir en cas de besoin ».

La voiture à conduite automatisée devrait permettre de fluidifier le trafic en ville et de réduire la pollution, estiment les chercheurs.

L’ISI espère présenter les premiers résultats de l’expérience dès le mois de novembre. Mais des tests sont prévus au moins jusqu’en 2023.

La voiture à conduite automatisée décolle en Allemagne

Cette expérimentation découle d’une réforme votée il y a tout juste un an qui a doté l’Allemagne d’une législation pionnière à l’échelle mondiale. Elle autorise le conducteur à lâcher le volant et à détourner les yeux de la route si son véhicule est équipé de systèmes de conduite automatisés. La loi fixe des règles très précises, par exemple en fonction du degré d’autonomie du véhicule (l’assistance à la conduite à la voiture autonome). Mais le conducteur reste toujours responsable. 

La mise en place de zones d’expérimentation pour les véhicules à conduite automatisée était toutefois déjà prévue dans une stratégie gouvernementale adoptée en septembre 2015. Elle est désormais encouragée non seulement sur autoroute mais aussi sur les routes de campagne et en ville afin d’adapter les véhicules à tous les environnements.

Elle est également promue à l’échelle transnationale. Un projet de circuit test franco-allemand a été annoncé par les gouvernements allemand et français en février 2017. Les deux pays ont été rejoints en septembre 2017 par le Luxembourg. Une zone d’expérimentation doit voir le jour entre Merzig, Sarrebruck, Metz et Luxembourg.

En Allemagne, l’impulsion s’observe également dans les bureaux d’études des constructeurs et dans les laboratoires. Audi, Daimler, Bosch, Volkswagen ou BMW mènent tous des recherches sur la conception de véhicules à conduite automatisée, du taxi au bus et à  la voiture.

Innovation

52 % des quelque 9 000 brevets déposés à l’échelle mondiale dans ce secteur seraient même originaires d’Allemagne, selon une étude de l’institut IW. Bosch arrive en tête avec 958 brevets, suivi par Audi (516) et l’équipementier Continental (439). Ces brevets couvrent un large spectre : systèmes d’assistance à la commande de propulsion, navigation ou encore capteurs d’environnement.

Par ailleurs, sept universités allemandes viennent d’unir leurs forces pour mettre au point une voiture autonome en coopération avec des entreprises. Le projet, baptisé UNICARagil, est soutenu par le ministère allemand de l’Éducation et de la Recherche. Il doit aboutir en quatre ans à la conception de quatre types de véhicules (taxi, véhicule de livraison, etc.) à conduite automatisée.

A.L.

Plus d’informations :

La conduite automatisée et connectée en Allemagne - Ministère fédéral des Transports (en allemand)

Projet UNICARagil - 7 universités allemandes travaillent à la conception d'un véhicule autonome (en allemand)

Retour en haut de page