Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne manque de techniciens et d’informaticiens

Fin avril, il manquait en Allemagne près de 315.000 ingénieurs et techniciens, soit un tiers de plus qu’il y a un an. Les plus recherchés sont les informaticiens © Colourbox.de

Fin avril, il manquait en Allemagne près de 315.000 ingénieurs et techniciens, soit un tiers de plus qu’il y a un an. Les plus recherchés sont les, © Colourbox.de

14.05.2018 - Article

Les entreprises allemandes manquent plus que jamais de personnels qualifiés en sciences, mathématiques, informatique et techniques, révèle une étude.

C’est l’acronyme magique, le quatuor gagnant sur le marché du travail allemand. Les diplômes et qualifications en « MINT » (entendez « mathématiques, informatique, sciences, techniques ») donnent facilement accès à des emplois (très) bien payés. Pourtant, c’est un paradoxe : les entreprises peinent à recruter ces profils. Selon une étude, ils sont devenus de véritables perles rares.

À la fin du mois d’avril, il manquait en Allemagne près de 315 000 personnes titulaires de qualifications en « MINT », vient de révéler l’institut d’analyse économique IW. C’est 77 000 de plus qu’en avril 2017. Et c’est le chiffre le plus élevé jamais enregistré depuis la création de ce baromètre commandé deux fois par an par différentes fédérations patronales (BDI, BDA, Gesamtmetall), en 2011.

Les profils les plus recherchés ne sont plus les ingénieurs, comme il y a quelques années. Ce sont les travailleurs qualifiés, les agents de maîtrise et les techniciens. La révolution numérique, qui déferle sur le monde de l’entreprise, est passée par là. Elle est l’un des principaux moteurs de ce besoin en profils « MINT » : il manque aujourd’hui deux fois (39 600) d’informaticiens en Allemagne qu’en 2014.

L’effet amortisseur de l’immigration

Selon les auteurs de l’étude, la situation serait toutefois pire… sans l’immigration. Les conditions d’octroi d’un droit de séjour font qu’elle attire surtout des diplômés de l’université. Ainsi, près de 42 000 postes d’ingénieurs et d’informaticiens ont été pourvus grâce à des diplômés étrangers depuis 2013.

Au total, l’Allemagne comptait près de 600 000 étrangers titulaires de qualifications en « MINT » en avril 2018. Parmi eux se trouvaient 8 700 diplômés d’université indiens, 7 250 diplômés italiens, 6 800 diplômés espagnols, 6 400 diplômés français et 6 100 diplômés chinois.

Depuis peu, les entreprises s’intéressent aussi au profil des réfugiés. Selon l’étude de l’IW, 16 400 Érythréens, Irakiens, Afghans et Syriens occupaient déjà un emploi scientifique ou technique à l’automne dernier en Allemagne. Ils étaient moitié moins nombreux un an auparavant.

Des programmes ont été lancés pour attirer les jeunes – et notamment les jeunes filles - vers les études scientifiques et techniques. De fait, le nombre d’étudiants dans ces filières a augmenté ces dernières années © Dpa/pa
Des programmes ont été lancés pour attirer les jeunes – et notamment les jeunes filles - vers les études scientifiques et techniques. De fait, le nombre d’étudiants dans ces filières a augmenté ces dernières années© Dpa/pa

Mais si l’immigration pallie certains problèmes, elle ne suffira pas à remédier au manque de scientifiques et de techniciens au cours des années à venir, estiment les spécialistes. Le problème est, en effet, structurel. Il est lié au départ à la retraite des générations nombreuses du baby-boom, qui va s’accélérer dans les prochaines années.

Ces dernières années, les programmes d’orientation proposés aux jeunes ont porté leurs fruits : ils ont attiré davantage d’étudiants – et d’étudiantes - dans les filières « MINT ». Mais cela risque d’être insuffisant alors que la révolution numérique fait exploser les besoins.

A.L.

Plus d’informations :

Synthèse du rapport sur les besoins en diplômés en sciences et technique (en allemand)
Institut IW (en allemand)
Encourager les jeunes filles à choisir des filières d’études scientifiques et techniques – Ministère allemand de l’Éducation et de la recherche (en allemand)

Retour en haut de page