Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Bientôt la grasse matinée pour les adolescents allemands ?

Débuter les cours plus tard pour respecter le rythme des adolescents : le Land de Basse-Saxe autorise l‘expérience

Schüler sind am 21.04.2017 in Frankfurt am Main (Hessen) nahe einer Grundschule unterwegs. Foto: Arne Dedert/dpa | Verwendung weltweit, © dpa

23.04.2018 - Article

Les adolescents en rêvaient. Le land de Basse-Saxe l’a fait : les établissements scolaires pourront désormais retarder l’heure du début des cours. Mais la mesure ne fait pas l’unanimité.

À partir de la prochaine rentrée, les adolescents de Basse-Saxe (nord de l’Allemagne) commenceront peut-être plus tard leur journée d’école. Le gouvernement du land a décidé de laisser les établissements scolaires libres de retarder l’heure du début des cours. Seule contrainte imposée : pas de cours avant 7h30. La mesure ne fait pas l’unanimité.

Rythme naturel

Les plus favorables sont les chronobiologistes spécialistes des rythmes de l’adolescent. Depuis plusieurs années, ces experts mettent en garde, en Europe comme aux États-Unis, contre un début des cours trop précoce pour les jeunes en pleine puberté. Ils ont constaté que cela allait à l’encontre des rythmes naturels de l’adolescent, orientés vers un coucher tardif. Il en résulte déficits de sommeil, fatigue, moindre attention et difficultés d’apprentissage, expliquent-ils études à l’appui.

En Allemagne, la Basse-Saxe n’est pas le premier land à écouter leurs recommandations. La Rhénanie-du-Nord-Westphalie, land le plus peuplé d’Allemagne, a déjà choisi d’autoriser les établissements à fixer le début des cours entre 7h30 et 8h30. Il existe même des collèges qui l’ont retardé à 9h, par exemple à Alsdorf, près d’Aix-la-Chapelle. Certains établissements laissent aux adolescents le choix entre arriver plus tard et finir plus tard, ou arriver plus tôt et finir plus tôt.

Ces initiatives sont remarquables. En Allemagne, il est de tradition de commencer la journée tôt, voire très tôt. Cela s’explique en partie parce que les cours se terminent souvent dès le début d’après-midi pour laisser place à des activités sportives ou artistiques.

Pour ou contre

Déficit de sommeil, faibles capacités d’attention : depuis plusieurs années, les chronobiologistes appellent à retarder le début des cours afin de respecter le rythme des adolescents
Déficit de sommeil, faibles capacités d’attention : depuis plusieurs années, les chronobiologistes appellent à retarder le début des cours afin de respecter le rythme des adolescents© dpa

Comment la décision de la Basse-Saxe va-t-elle donc se traduire sur le terrain ? C’est difficile à dire. Car si elle réjouit beaucoup d’adolescents, la mesure a des opposants armés d’arguments.

« Qui va s’occuper des enfants le matin quand les parents partent travailler ? », interpelle par exemple Christian Hoffmann, porte-parole du syndicat de l’éducation GEW (Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft). Il faut tenir compte des rythmes des uns et des autres, des rythmes collectifs…

Certains directeurs d’établissement aussi sont sceptiques. Ils mettent en avant les difficultés pour organiser le ramassage scolaire. Et s’il n’est pas possible d’organiser deux tournées de bus, que fera-t-on des enfants qui arrivent tôt et n’ont cours qu’une heure plus tard ?

Sans compter que repousser le début des cours ne sera que reculer pour mieux sauter, ajoutent-ils. Le temps perdu le matin devra être rattrapé l’après-midi. Cela allongera la journée des élèves. Or, les heures de cours qui suivent la pause de midi sont moins productives.

Enfin, il y a ceux qui avancent des arguments d’ordre éducatif. Obliger les élèves à se lever tôt est une manière de leur donner une structure et de les aider à entrer progressivement dans le monde des adultes, estiment-ils.

Les chefs d’établissement concernés par la décision du land de Basse-Saxe ne prendront en tout cas pas leur décision seuls. Ils devront, bien entendu, y associer les parents et la communauté éducative.

A.L.