Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

En route pour une Allemagne plus verte

La chancelière Angela Merkel à bord de l’ID.3, nouveau modèle électrique du constructeur allemande Volkswagen, lors du dernier salon international de l’automobile de Francfort/M

La chancelière Angela Merkel à bord de l’ID.3, nouveau modèle électrique du constructeur allemande Volkswagen, lors du dernier salon international de l’automobile de Francfort/M, © dpa

23.09.2019 - Article

La chancelière Angela Merkel présentait aujourd’hui à New York le programme pour le climat qu’elle a annoncé vendredi à Berlin. Que contient-il ?

54 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2023, des aides financières à la transition vers un mode de vie moins polluant, la fin du charbon, un nouvel envol des énergies renouvelables, un prix du CO2 avec des objectifs concrets de réduction des émissions y compris dans les transports et le chauffage : la Grande coalition d’Angela Merkel s’est accordée vendredi sur un vaste plan pour le climat. Son objectif est de permettre à l’Allemagne de respecter ses objectifs climatiques à l’horizon 2030 (une baisse de 55 % de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990).

La philosophie du programme est d’organiser un effort national pour le climat, tout en le répartissant de manière juste. La mesure phare est la création d’un « prix du CO2 ». Celui-ci s’appliquera à partir de 2021 sur les combustibles et carburants fossiles (fuel gaz, gaz naturel, charbon, essence, diesel). Il rendra progressivement ces derniers plus chers.

Un prix pour le CO2

Le système fonctionnera de la manière suivante. Des permis d’émission seront mis en vente à partir de 2021, à un prix fixe et bas pour commencer (10 € la tonne, ce qui représentera 3 centimes de plus pour un litre d’essence). Ensuite, le prix augmentera progressivement pour atteindre 35 € la tonne en 2025. Enfin, à partir de 2026, les secteurs concernés (les transports et le chauffage) rejoindront le système européen d’échange de quotas d’émission. Les permis d’émission seront contingentés, mis aux enchères dans une fourchette de prix (35 €-60 €) et la quantité disponible diminuera alors d’année en année.

L’objectif est clair : il s’agit de décourager les consommateurs et les entreprises d’opter pour les modes de déplacement et de chauffage les plus polluants. Mais simultanément, le programme gouvernemental prévoit tout un panel d’aides pour inciter les Allemands à se convertir à un mode de vie plus propre.

Incitations à la transition

Pour commencer, il baissera la taxe sur l’électricité qui finance le développement des énergies renouvelables. Cela réduira le prix du kilowattheure.

L’élément clé du nouveau programme allemand pour le climat est la fixation d’un prix du CO2 à partir de 2021. Il prendra effet dans les transports et le chauffage, deux domaines non soumis au système européen d’échange de permis d’émission
L’élément clé du nouveau programme allemand pour le climat est la fixation d’un prix du CO2 à partir de 2021. Il prendra effet dans les transports et le chauffage, deux domaines non soumis au système européen d’échange de permis d’émission© blickwinkel

Il étendra, de plus, le système de primes à l’achat de véhicules électriques ou hybrides, avec pour objectif de mettre sept à dix millions de véhicules électriques sur les routes d’ici à 2030. Il prévoit aussi de mettre en service un million de bornes de recharge partout sur le territoire.

Par ailleurs, l’État développera les transports en commun. Il y investira un milliard d’euros par an à partir de 2021, deux milliards à partir de 2025.

Il investira également massivement dans les infrastructures de transports ferroviaires, et abaissera de 19 % à 7% la TVA sur les billets de train grandes lignes. Cette baisse sera financée par une hausse des taxes sur les billets d’avion et l’interdiction aux compagnies aériennes low cost de pratiquer un dumping sur les prix.

À cela s’ajoutent des mesures pour aider les particuliers à rénover leurs logements. Nouvelles fenêtres, isolation du toit et des murs : les incitations fiscales seront étendues, même aux rénovations partielles. Une prime sera versée aux particuliers qui souhaitent remplacer leur chauffage au fuel par un mode de chauffage propre. À partir de 2026, l’installation de chaudières au fuel sera même interdite.

En plus de ces mesures, le gouvernement confirme son intention d’aller résolument vers un bouquet énergétique plus vert. Il réaffirme l’objectif de sortir du charbon d’ici à 2038, et annonce l’accélération du développement des énergies renouvelables. Il entend parvenir à couvrir 65 % de la consommation d’électricité grâce à l’éolien et au solaire en 2030.

A.L.

Plus d’informations :

Programme du gouvernement allemand pour le climat à l'horizon 2030 : les grandes lignes (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement allemand : résumé du programme et déclaration de la chancelière Angela Merkel (en allemand)
Ministère allemand de l'Environnement : résumé et déclaration de la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze (en allemand)
Page du ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie sur la protection du climat (en allemand)

Retour en haut de page