Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Que fait l’Allemagne pour le climat ?

L’Allemagne a déjà réduit de 27,5% ses émissions de gaz à effet de serre depuis 1990. Mais de nouveaux efforts sont nécessaires

L’Allemagne a déjà réduit de 27,5% ses émissions de gaz à effet de serre depuis 1990. Mais de nouveaux efforts sont nécessaires, © Picture Alliance

20.09.2019 - Article

À l’heure où le gouvernement allemand annonce un nouveau plan ambitieux pour le climat, l’heure est venue de faire le point sur les actions menées jusqu’à présent.

Les objectifs :

Par rapport à 1990, l’Allemagne s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de :
- 40% d’ici à 2020
- 55% d’ici à 2030
- 80 à 95% d’ici à 2050.

Au printemps dernier, la chancelière Angela Merkel a aussi envisagé la possibilité de viser la neutralité carbone en 2050.

Les principales mesures prises :

- La transition énergétique (depuis l’an 2000) :

  • développement à grande échelle des énergies renouvelables. L’éolien et le solaire photovoltaïque fournissaient fin 2018 près de 40% de l’électricité consommée.
  • vaste plan de développement du réseau de lignes à haute tension pour acheminer l’électricité issue de sources renouvelables vers les centres urbains et industriels.
  • sortie du nucléaire d’ici à 2022
  • sortie du charbon d’ici à 2038 au plus tard

- Programmes de développement de transports propres

  • Plan pour la mobilité électrique : le nombre de voitures électriques a atteint au début de l’année 2019 le seuil des 2,5% du parc automobile. On recense désormais 7 000 immatriculations par mois. L’accélération de la construction de bornes de recharge qui vient d’être annoncée devrait augmenter rapidement ces chiffres.
  • Soutien aux nouveaux types de motorisation, avec une approche ouverte d’un point de vue technologique
  • Plateforme nationale pour l’avenir de la mobilité qui vise une mutation écologique globale dans le secteur des transports
  • Plan de développement des transports en commun et du rail

- Programme d’urgence pour un air pur (2017-2020)

Près de deux milliards d’euros pour réduire la pollution de l’air en ville via différentes mesures : promotion de la mobilité électrique, numérisation de la régulation de la circulation, mise à niveau des bus au diesel pour réduire les émissions polluantes.

- L’initiative nationale pour la protection du climat (NKI) (2008)

Près de 29 000 projets lancés à l’échelle locale en dix ans, subventionnés à hauteur de près d’un milliard d’euros par l’État fédéral. Ces subventions ont généré des investissements privés d’un montant près de trois fois supérieur (2,9 milliards d’euros).

- Le plan d’action pour la protection du climat à l’horizon 2020 (2014)

Il comprend quelque 400 mesures pour promouvoir l’efficacité énergétique des bâtiments, la baisse de consommation d’énergie (industrie, commerce, services, agriculture, recyclage), la réduction des émissions dans le secteur des transports, le développement des énergies renouvelables, la recherche et l’innovation, l’information et l’initiative individuelle.

- Le programme de protection du climat à l’horizon 2050 (2016)

Il s’agit d’une stratégie globale pour la politique énergétique et climatique en vue d’atteindre les objectifs que l’Allemagne s’est fixés jusqu’à l’horizon 2050. Elle fixe une ligne claire en matière de politique industrielle afin de préserver l’emploi et d’allier économie et écologie.

Et à l’échelle internationale :

  • Engagements dans le cadre de la politique européenne pour l’énergie et le climat (paquet énergie-climat de l’Union européenne (2008), Union de l’énergie (2015), etc.)
  • Participation au système européenne d’échange de quotas d’émissions de CO2
  • Ratification de l’Accord de Paris sur le climat (2015)

Où en est-on ?

Selon le dernier Rapport fédéral sur la protection de l’environnement, les émissions allemandes de gaz à effet de serre ont diminué de plus du quart (-27,5%) entre 1990 et 2017.

Les secteurs qui ont le plus contribué en volume à la baisse des émissions allemandes sont dans l’ordre :

  1. l’énergie (qui devrait avoir réduit ses émissions de 37% sur la période 1990-2020)
  2. l’industrie (-39 %)
  3. les ménages (-42%)
  4. le commerce et les services (-52%)

Les secteurs des transports (-3%) et des bâtiments font, en revanche, figures de mauvais élèves. Dans le secteur automobile, en particulier, la baisse des émissions liée à l’arrivée de moteurs moins polluants a été compensée par la croissance du trafic routier.

Au total, sans mesures supplémentaires, l’Allemagne devrait avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 32 % à l’horizon 2020, estime le rapport.

Il s’agit d’une avancée majeure. Mais le gouvernement allemand n’aura pas atteint l’objectif qu’il s’était fixé pour 2020 (-40% d’émissions). C’est la raison pour laquelle, il annonce ce vendredi un nouveau train de mesures ambitieux pour s’assurer d’atteindre l’objectif d’une baisse de 55% en 2030.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)
Rapport fédéral sur la protection de l'environnement (en allemand)

Retour en haut de page