Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Sortie du charbon : jusqu’à 40 milliards d’euros d’aides à la reconversion

La sortie du charbon se précise. Le gouvernement allemand a décidé fin août de débloquer 40 milliards d’euros d’aides d’ici à 2038 pour la reconversion des derniers bassins miniers

La sortie du charbon se précise. Le gouvernement allemand a décidé fin août de débloquer 40 milliards d’euros d’aides d’ici à 2038 pour la reconversion des derniers bassins miniers, © ZB

03.09.2019 - Article

Le gouvernement allemand a présenté la semaine dernière un projet de loi pour aider financièrement les bassins miniers à se reconvertir en vue de la sortie du charbon, prévue au plus tard en 2038.

« Nous tenons notre promesse. […] La sortie du charbon doit se transformer en opportunité pour les régions concernées ». Sept mois après avoir fixé à 2038 au plus tard la date de la sortie définitive du charbon, le ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, a présenté la semaine dernière un projet de loi pour soutenir la reconversion des derniers bassins miniers. Le texte prévoit jusqu’à 40 milliards d’euros d’aides échelonnées sur plusieurs années.

Une priorité est clairement fixée : l’emploi. Quelque 20 000 emplois dépendent directement du charbon en Allemagne, selon le rapport de la commission d’experts mandatée par le gouvernement allemand. Quatre bassins sont en activité. Deux sont situés à l’est : la Lusace (autour de Cottbus, 8 600 emplois) et l’Allemagne centrale (autour de Leipzig, 2400 emplois). Deux sont à l’ouest : le Bassin rhénan (autour d’Aix-la-Chapelle et de Mönchengladbach, 9 700 emplois) et le Bassin de Helmstedt. Aux emplois directs, il faut, en outre, ajouter des milliers d’emplois indirects.

Le message du gouvernement à ces régions, souvent en butte à des difficultés économiques, est donc clair : nous ne vous laissons pas tomber. Berlin prévoit de verser jusqu’à 14 milliards d’euros d’aides directes aux länder pour « des investissements d’importance particulière ». Il entend par là tous types d’investissements propices au développement économique régional : infrastructures, Internet à haut débit, transports en commun, protection de l’environnement ou encore préservation des paysages, pour réhabiliter les régions défigurées par l’extraction à ciel ouvert (photo) du lignite, par exemple.

Ces aides seront versées à partir de 2020 et s’échelonneront sur plusieurs années. Elles irrigueront directement le tissu économique des régions en reconversion selon un pourcentage fixé à l’avance : 37% iront à la Rhénanie-du-Nord à l’ouest, 25,8% au Brandebourg autour de Berlin, 25,2% à la Saxe et 12% à la Saxe-Anhalt à l’est. Mais le gouvernement supervisera leur utilisation.

Une seconde manne de 1,09 milliard d’euros est prévue pour soutenir des sites en proie à des difficultés structurelles qui auront à pâtir de l’extinction des centrales électriques au charbon. Les agglomérations bénéficiaires sont, là aussi, connue. Elles sont situées dans le nord-est (Rostock), la Ruhr (Duisbourg, Gelsenkirchen, Herne, Unna) et la Westphalie (Hamm) à l’ouest, la Sarre à la frontière française (Sarrebruck, Sarrelouis) ainsi que le nord-ouest (Wilhelmshaven et l’ancien bassin de lignite d’Helmstedt, près d’Hanovre).

Enfin, l’État fédéral se réserve une enveloppe de 26 milliards d’euros. Elle ne sera pas versée aux länder mais utilisée pour des mesures entrant dans son domaine de compétence propre. Outre le développement d’infrastructures (autoroutes, voies ferrées), Berlin veut créer des emplois directs. 5 000 emplois de qualité doivent voir le jour dans les bassins miniers grâce à l’implantation de centres de recherches et d’administrations fédérales.

A.L.


Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en français)
Ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie (en allemand)

Retour en haut de page