Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les Allemands plutôt favorables à l’instauration d’une taxe carbone

55 % des Allemands sont favorables à la création d’une taxe carbone, selon un récent sondage You Gov. Mais seulement 14 % le sont « sans restriction »

55 % des Allemands sont favorables à la création d’une taxe carbone, selon un récent sondage You Gov. Mais seulement 14 % le sont « sans restriction », © dpa

10.07.2019 - Article

La mesure est actuellement en discussion à Berlin en vue de réduire les émissions allemandes de gaz à effet de serre.

Alors que la France va instaurer une taxe sur les billets d’avion à partir de 2020, 55 % des Allemands se disent, pour leur part, favorables à la mise en place d’une taxe carbone sur les carburants, le fuel et le gaz naturel. C’est le résultat d’un sondage de l’institut YouGov pour le quotidien « Handelsblatt » (9/7/2019). 39 % des sondés sont opposés à cette mesure qui vient d’être proposée par la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze.

Comme le montre l’enquête, les sondés sont toutefois peu nombreux (14 %) à approuver sans restriction l’idée d’une taxe carbone. 28 % l’acceptent à la condition qu’elle n’entraîne pas de surcoût « pour les personnes à faible revenu » (10 %) ou « pour les personnes à faible et à moyen revenu » (18 %). 13 % veulent la réserver aux entreprises.

Donner un prix au carbone pour inciter à un comportement vertueux

L’objectif de la taxe carbone est de renchérir le prix des énergies fossiles afin d’inciter les consommateurs et les entreprises à modifier leurs comportements en vue de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Selon la ministre, il est possible de la modeler pour qu’elle ne pèse pas injustement sur les personnes à faible et et à moyen revenus.

Pour réduire les émissions allemandes de gaz carbonique, la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze, propose l’instauration d’une taxe carbone sur les carburants, le fuel et le gaz naturel
Pour réduire les émissions allemandes de gaz carbonique, la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze, propose l’instauration d’une taxe carbone sur les carburants, le fuel et le gaz naturel. Le sujet est actuellement en discussion au sein de la coalition© ZB

Mme Schulze a présenté en fin de semaine dernière à Berlin trois rapports d’expertise sur le sujet. Ils montrent la nécessité de donner un prix au carbone dans les domaines du chauffage et des transports à l’heure où l’Allemagne fait de la réduction de ses émissions une priorité. Ces deux domaines ne sont, en effet, pas soumis au système européen d’échange de permis d’émissions de gaz à effet de serre (ECTS), l’autre grand mécanisme permettant d’inciter à privilégier des solutions moins polluantes en donnant un prix aux émissions de carbone.

Taxe carbone ou permis d’émissions ?

La création d’une taxe carbone et ses modalités font débat en Allemagne. Car si l’idée que le pays doit redoubler d’efforts pour réduire ses émissions fait consensus, ce n’est pas le cas des moyens à mettre en œuvre. Au sein de la coalition, par exemple, une partie des Unions chrétiennes (CDU/CSU) penche plutôt pour l’extension du système ECTS aux bâtiments et aux transports. C’est aussi l’avis de la Fédération de l’industrie automobile (VDA).

Le Conseil allemand des experts économiques (les « Cinq sages »), qui conseille le gouvernement allemand, doit rendre un avis vendredi prochain.

De son côté, le gouvernement allemand doit se pencher sur la question du prix du carbone le 18 juillet, lors de la prochaine réunion du comité interministériel sur le climat. La chancelière Angela Merkel avait créé cette instance au mois d’avril pour accélérer les efforts allemands en faveur du climat.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l'Environnement (en allemand)

Retour en haut de page