Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Experts : interdire aux véhicules diesel de circuler n’est pas la solution

Circulation automobile à Berlin

Circulation automobile à Berlin, © dpa

10.04.2019 - Article

Un comité d’experts mandaté par le gouvernement allemand exprime ses doutes quant à l’efficacité de mesures ponctuelles pour préserver la qualité de l’air. Plutôt que des interdictions de circuler, il plaide pour un virage vert.

Depuis un an, la justice allemande permet aux communes de bannir les véhicules trop polluants de certains quartiers. Difficile de dire si l’on y respire mieux. Mais une chose est sûre : il y a du débat dans l’air. Interdire ou pas ? Fixer de nouvelles normes antipollution ou pas ? Pour clarifier les choses, la chancelière Angela Merkel avait chargé il y a quelques semaines un comité d’experts de l’Académie des sciences Leopoldina, à Halle, d’émettre un avis indépendant. Ses conclusions ont été publiées hier. Elles sont simples : plus que de mesures ponctuelles, l’Allemagne a besoin d’un véritable virage vert.

Le comité, composé de chercheurs d’une douzaine de disciplines (médecine, toxicologie, chimie, épidémiologie, économie, technologie, droit, sociologie, etc.), met clairement en doute l’efficacité des interdictions de circulation. Elles sont actuellement pratiquées dans deux rues de Hambourg et dans une large partie du centre-ville de Stuttgart. Mais elles relèvent d’un « activisme local » bien trop ponctuel et peu étendu, tranche-t-il.

Pour les vingt professeurs, il est, de plus, « inefficace » de se concentrer sur la seule pollution au dioxyde d’azote. Les particules fines sont bien plus délétères, mettent-ils en garde. Elles peuvent entraîner des affections respiratoires, des maladies cardio-vasculaires et des cancers du poumon. Or, elles ne proviennent pas seulement de la circulation automobile mais aussi de la suie de diesel, du frottement des pneus sur l’asphalte, de l’industrie, des centrales électriques et du chauffage domestique.

Une stratégie nationale et un virage vert

Les scientifiques de l’Académie des sciences Leopoldina ont rendu leurs conclusions
Les scientifiques de l’Académie des sciences Leopoldina ont rendu leurs conclusions : interdire partiellement la circulation à certains véhicules dans les villes n’est pas la bonne solution pour purifier l’air. Ils recommandent un virage radical dans le secteur des transports© dpa

Les experts recommandent donc aux pouvoirs publics de ne pas toucher au seuil de pollution autorisé pour le dioxyde d’azote, mais de durcir la norme pour les particules fines. Ils ne sont pas favorables au remplacement du parc de véhicules diesel par des véhicules à essence. Cela augmenterait les émissions de CO2  nocives pour le climat, arguent-ils. Ils se prononcent pour la mise à  niveau des véhicules diesel et de leurs logiciels.

Surtout, ils appellent à mettre en œuvre une stratégie nationale et globale pour le maintien de la qualité de l’air. Et plus généralement, à un virage vert. Leurs propositions visent à réduire le trafic et à promouvoir de « nouvelles stratégies pour la mobilité dans les agglomérations ». On y trouve la promotion des moteurs alternatifs, notamment électriques,  l’amélioration de la gestion du trafic, la limitation de la vitesse sur les autoroutes urbaines, l’augmentation du prix des carburants, la hausse des impôts et des taxes sur les voitures et surtout le développement des transports en commun.

Enfin, les experts renvoient aux responsables politiques la tâche de définir le « bon » seuil de pollution. II n’est pas possible d’établir avec précision « du point de vue scientifique » le seuil à partir duquel tel ou tel polluant expose à des dommages pour la santé, expliquent-ils.

Conformément à la législation européenne, la concentration de dioxyde d’azote ne doit pas dépasser 40 microgrammes par m3 en Allemagne. Un taux considéré comme relativement sévère. Sauf pour l’ammoniaque, la pollution de l’air tend, en effet, à baisser depuis plusieurs années dans les villes allemandes, selon le « Spiegel Online ».

A.L.

Plus d’informations :

Communiqué de l'Académie des sciences Leopoldina (en allemand)

Retour en haut de page